Institutiones rei herbariae. Tomus II.

Zoom
CC0Télécharger
Institutiones rei herbariae. Tomus II.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet - Histoire de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Institutiones rei herbariae. Tomus II.
Anonyme
Datation
En 1700
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Auteur(s)
Anonyme, graveur
Dates
En 1700
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
G.21018
Institutiones rei herbariae. Tomus II.

Informations détaillées

Auteur(s)
Anonyme, graveur
Inconnu, dessinateur
Inconnu, homme ou femme de lettres - Ecrivain
Inconnu, homme ou femme de lettres - Ecrivain
Autres titres :
Le Jardin des Plantes (Titre factice), Jardin des Plantes. / - vues générales. / - plans. / - projets. / - cartes d'accès. / A. (Titre de la série)
Date de production
En 1700
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 16.4 cm
  • Largeur : 11 cm
Dimensions - Montage:
  • Hauteur : 49.7 cm
  • Largeur : 32.4 cm
Description

Fixée sur un montage. Frontispice volume 2

Marques, inscriptions, poinçons
Lettre - "Institutiones/ rei /herbariae. /Tomus II." dans une banderole
Tampon - "Musée/Carnavalet" BC
Description iconographique

Jardin des Plantes, 18e siècle, botanique, angelots, paysage, herbier, Jussieu, Tournefort,

Commentaire historique

TOURNEFORT, Joseph Pitton. Institutiones Rei Herbariae Paris, E Typographia Regia, 1700. PREMIÈRE ÉDITION. In-4, 3 tomes, Premier tome. contenant du texte ; deuxième tome contenant 250 superbes planches botaniques. Monographie imprimée en latin‎Première édition de la traduction latine augmentée d'Elemens de botanique (1694), due à l'auteur lui-même et destinée à être lue dans toute l'Europe.Elle est complète de ses 489 très belles planches gravées par Claude Aubriet." Joseph Pitton de Tournefort, (1656-1708) - En 1677, Tournefort quitte le séminaire dAix-en-Provence, sa ville natale, pour s'adonner à sa passion : la botanique. Il commence, avec la flore de Haute-Provence, à constituer un herbier qu'il enrichit tout au long de sa vie. Il entre à la faculté de médecine de Montpellier en 1679, tout en continuant à battre la campagne à la recherche de nouvelles plantes. Il acquiert bientôt une réputation de savant naturaliste telle, que Guy Fagon, médecin de Louis XIV, lui offre un poste de botaniste au Jardin du Roi. Voyageur infatigable, Tournefort poursuit ses observations de la flore en Espagne, au Portugal, en Angleterre, aux Pays-Bas. En 1693, il est suppléant de Fagon à l'intendance du Jardin du Roi ; en 1694, il publie ses Elemens de botanique ou méthode pour connaître les plantes, où il expose un système de classification dont la clarté et la précision lui rapportent un certain succès en Europe. Il détermine le genre suivant deux critères (fleur et fruit) et classe les plantes en examinant les fleurs (en priorité, la corolle), les feuilles, les racines, les tiges et la saveur. Linné, tout en modifiant sa méthode, rendra hommage à Tournefort. En 1701, il part avec un peintre (Claude Aubriet, qui avait déjà illustré ses Elemens de botanique) dans les pays du Levant, chargé par Louis XIV d'y rechercher " des plantes et des métaux et minéraux, de s'y instruire des maladies de ces pays et des remèdes qui sont en usage et de tout ce qui regarde la médecine et l'histoire naturelle ". Au bout de deux ans, Tournefort rapporte au Jardin du Roi un herbier contenant quelque huit mille plantes épinglées ou collées. La méthode de Tournefort se répand à travers toute l'Europe, et ne sera concurrencée que par le système de Linné (1735), qui d'ailleurs, dans son oeuvre, rend hommage au botaniste français " (Sources : BnF, Tous les savoirs du monde).Réf. biblio. : Nissen, Die Botanische Buchillustration, 1977. https://www.livre-rare-book.com/book/5472417/14047

Numéro d’inventaire
G.21018

Indexation

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page