Gros Jean Buzeaud

Zoom
CC0Download
Gros Jean Buzeaud
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Other visual (1)
Gros Jean Buzeaud
Daumier, Honoré
Dating
En 1835
Museum
Maison de Balzac
Creator(s)
Daumier, Honoré (Marseille, 26–02–1808 - Valmondois, 10–02–1879), dessinateur
Dates
En 1835
Object type(s)
Materials / Technique

Detailed informations

Creator(s)
Daumier, Honoré (Marseille, 26–02–1808 - Valmondois, 10–02–1879), dessinateur
Delaunois, Nicolas Louis (Reims, 06–02–1805), imprimeur
Autre titre :
La Caricature politique, morale, littéraire et scénique (Group title)
Production date
En 1835
Object type(s)
Materials / Technique
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 35.5 cm
  • Largeur : 27 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 24.5 cm
  • Largeur : 21 cm
Description

Planche HT parue dans La Caricature politique, morale, littéraire et scénique, volume 9, 9 avril 1835 (Planche n°480)

Markings, inscriptions, punches
Inscription - Titre en bas au centre : « Gros Jean Buzeaud » ; indications : en ht à gche : « La Caricature (Journal) N°231. », en ht à dte : « Pl. 480. »
Inscription - Dans la lettre : « Au Bureau, chez Aubert Galerie Véro Dodat. » [éditeur], « Lith. Delaunois rue du Bouloi N°19. » [imprimeur]
Iconographical description

Ce portrait charge de Bugeaud (Thomas Robert Bugeaud, marquis de La Piconnerie, duc d'Isly, maréchal de France, né à Limoges le 15 octobre 1784, mort à Paris le 10 juin 1849) offre un mélange de traits militaires et paysans, et le représente en "ridicule parodiste de Cincinnatus" selon l'explication : la jambe droite porte une "botte à l'écuyère" et la gauche est chaussée d'un sabot. Colonel sous l'Empire, Bugeaud s'était, pendant la Restauration, retiré dans sa propriété de La Durantie en Périgord, s'occupant d'améliorer l'exploitation des terres de son père, marquis de Faverolle et seigneur de la Piconnerie. Maire puis député d'Excideuil en Dordogne, il se consacre principalement aux questions agricoles. Le cadenas sur l'épaule droite et l'épaulette à gauche évoque une autre polarité, mi-général, mi-geolier. Bugeaud avait en effet, comme le rappelle la clef qui pend à son bras, été gouverneur de la citadelle de Blaye, ayant la duchesse de Berry sous sa garde. Critiqué pour la manière dont il s'acquittait de cette charge, Bugeaud aurait répondu : « L'obéissance est le premier devoir du soldat ». Un autre député, François-Charles Dulong, aurait alors demandé, caustique : « Même si on lui demande de devenir geôlier ? ». L'affaire se termina en duel et Dulong y laissa la vie : dans la planche, Bugeaud porte sous le bras gauche le "pistolet Députécide". Parmi les autres attributs représentés, l'explication mentionne : "la ration de picotin et le tablier de sage-homme [la duchesse de Berry avait accouché en captivité], le paquet de discours et la collection de carottes, productions brutes qui rappellent l'orateur-agriculteur". La consigne de l'"ordre public" sur son bonnet de police fait référence au massacre de la rue Transnonain, dont Bugeaud, commandant l'une des brigades chargé de réprimer l'insurrection, fut considéré responsable.

Person / Character depicted
Acquisition method
Acquisition date
20022013
Institution

Indexation

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page