Le mangeur et le glouton

Zoom
Le mangeur et le glouton
© Maison de Balzac / Roger-Viollet
X
Zoom
Other visual (1)
Homme - Haut-de-forme - Canne
Le mangeur et le glouton
Huard, Charles
Dating
1910 — 1950
Museum
Maison de Balzac
Creator(s)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Dates
1910 1950
Object type(s)
Museum number
BAL99-588
Le mangeur et le glouton

Detailed informations

Creator(s)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Gusman, Pierre (Paris, 06–12–1862 - Grosrouvre, en 1942), graveur
Production date
1910 1950
Object type(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 6.1 cm
  • Largeur : 3.6 cm
  • Epaisseur : 2.356 cm
Description

Matrice pour l'illustration de Physiologie gastronomique, Oeuvres diverses 2, volume 39, Paris, Editions Conard, 1910-1950, p. 62

Iconographical description

Deux hommes vus en pied, chapeautés et s'appuyant sur une canne, se tiennent côte à côte. Le premier, vu de profil, est longiligne et vêtu d'une longue redingote noire. Le second, à sa gauche, vu de face, est un homme épais dont la veste blanche souligne le ventre rond. "Le sujet sans contredit le moins estimable de la gastronomie, c'est le glouton il mange..., il mange encore..., il mange toujours..., mais sans méthode, sans intelligence, sans esprit ; il mange, parce qu'il a faim, toujours parce qu'il a faim. C'est une disposition physique, indépendante de son intelligence ; c'est un appétit vorace ; c'est un besoin impérieux des sens. Le glouton ignore le principe élémentaire de la gastronomie, l'art sublime de broyer ! il avale les morceaux entiers ; ils passent dans sa bouchesans chatouiller son palais, sans éveiller la plus petite idée ; ils vont droit se perdre dans un estomac d'une capacité effrayante. Le glouton est beaucoup plus qu'un animal ; il est beaucoup moins qu'un homme. [...] Le mangeur, quoique placé dans un rang gastronomique très inférieur, occupe pourtant une place plus honorable que le glouton ; il a moins de défauts, mais il est doué de bien faibles qualités. Il ne mange pas pour vivre, mais il ne vit pas non plus pour manger : chez lui, ces deux influences se combinent ; ces deux affections le travaillent tour-à-tour, et quelquefois en même temps. Le mangeur cède à l'appétit des sens, il cède aussi à l'appétit de l'imagination. Un morceau, en passant dans sa bouche, y imprime une sensation bçien légère, il est vrai, mais enfin elle éveille une idée ; c'est un éclair qui peut produire la lumière ; c'est un germe qui, habilement fécondé par l'art, peut faire du sujet un gourmand de mince mérite. La nature est plus souvent avare que prodigue." (extrait de "Physiologie gastronomique" tiré des "Oeuvres diverses", tome II ; publié dans "La Silhouette" le 15 août et le 17 octobre 1830)

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Acquisition method
Acquisition date
1999
Museum number
BAL99-588
Institution

Indexation

Retour vers le haut de page