Cour de la brasserie de Santerre, 11 rue de Reuilly, 12ème arrondissement. Octobre 1897.

Autor(es)
Emonts ou Emonds, Pierre (Aix-la-Chapelle, 29–03–1831 - après 1912), photographe
Fecha
En 1897
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas
Número de inventario
PH17962
Cour de la brasserie de Santerre, 11 rue de Reuilly, 12ème arrondissement. Octobre 1897.

Información detallada

Autor(es)
Emonts ou Emonds, Pierre (Aix-la-Chapelle, 29–03–1831 - après 1912), photographe
Otro título :
Cour de la brasserie de Santerre, 11 rue de Reuilly - Octobre 1897.
Fecha de producción
En 1897
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 22.6 cm
  • Largeur : 29 cm
Dimensions - Montage d'origine:
  • Hauteur : 31.8 cm
  • Largeur : 49.9 cm
Descripción

Tirage contrecollé sur montage ancien.

Marcas, inscripciones, cuños
Inscription - Au recto du montage en bas à gauche, manuscrit à l'encre noire : "Cour de la brasserie de Santerre, 11 rue de Reuilly - Octobre 1897 - nº1127. B.82". \ Inscription à l'encre
Tampon - Au coin de l'image, en bas à droite, à l'encre : "VILLE / DE / PARIS". Cf. Lugt Suppl. 2012c. \ Inscription à l'encre
Descripción iconográfica

Cour de la brasserie de Santerre, 11 rue de Reuilly, 12ème arrondissement. Vue extérieure de la brasserie installée à partir de 1772 et vendue en 1795.

Comentario histórico

C'est dans cette brasserie que se réunirent le 20 juin 1792 Santerre, le boucher Legendre, l'abbé de Lareynie, le libraire Poinsot et d'autres personnalités du Faubourg Saint-Antoine, afin de régler l'assaut qui allait être donné au palais des Tuileries. Santerre est nommé commandant de la garde nationale de Paris puis est gardien du Temple où la famille royale est enfermée. Ainsi c'est Santerre qui ira chercher Louis XVI pour son exécution. En mai 1793 il fut envoyé avec une division pour combattre les insurgés vendéens. On a beaucoup critiqué son action militaire bien que ses troupes étaient mal équipées, mal entraînées face à des troupes plus nombreuses et mieux armées. Il rentra à Paris pour rendre des comptes sur cette défaite et démissionna ensuite. Par ailleur il fut plusieurs fois suspecté d'orléanisme.En 1795, ruiné, il vendit les vestiges de sa brasserie et se lança dans l'achat de chevaux. Encore considéré sous le premier empire comme un meneur du faubourg Saint-Antoine, il fut traqué par la police de Napoléon.

Forma de adquisición
Número de inventario
PH17962

Indización

Periodo

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page