Vitrine pour objets d'art

Zoom
14 visuals Ver
Vitrine pour objets d'art
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. Photo Patrick Pierrain
X
Zoom
© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Julien Vidal / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Patrick Pierrain / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Philippe Ladet / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais. Photo Julien Vidal
X
Zoom
otros imágenes (14)
Sculpteur - Métal - Céramique (sujet représenté) - Marteau - Ciseau - Autoportrait
Vitrine pour objets d'art
Carabin, François-Rupert
Datación
Entre 1893 et 1895
Museo
Petit Palais - Museo de Bellas Artes de la Ciudad de París
Autor(es)
Carabin, François-Rupert (Saverne, 27–03–1862 - Strasbourg, 28–11–1932), ebéniste
Fecha
Entre 1893 et 1895
Datación (siglo)
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas
Ubicación
Petit Palais Rez-de-Chaussée Salle 19
Número de inventario
OGAL40

Información detallada

Autor(es)
Carabin, François-Rupert (Saverne, 27–03–1862 - Strasbourg, 28–11–1932), ebéniste
Fecha de producción
Entre 1893 et 1895
Datación (siglo)
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas
Dimensiones - Œuvre
  • Hauteur : 209 cm
  • Largeur : 218 cm
  • Profondeur : 163 cm
Descripción

Vitrine à trois pans

Marcas, inscripciones, cuños
Date et signature - Signé et daté sous le meuble : "R. Carabin 1895"
Emblème - Masque de Carabin en céramique
Descripción iconográfica

Deux femmes nues symbolisant le Bois tendre et le Bois dur supportent le pupitre vitré, placé en avant-corps. Sur les côtés sont sculptés, à droite la Céramique au-dessus d’une niche où dort l’Argile, à gauche, le Métal encore enfoui dans les profondeurs de la terre et la Flamme dont la chevelure soulevée forme « un panache incendiaire ». Au dos figure une allégorie de la Pierre tenant dans ses mains un marteau et un ciseau. Carabin s’est lui-même représenté sous la forme d’un masque grimaçant.

Comentario histórico

En 1893, la Ville de Paris commande à François-Rupert Carabin une vitrine pour contenir des objets d'arts au Musée Galliera (à l'époque Musée des arts décoratifs de la Ville de Paris). De par sa mise en oeuvre et son iconographie, cette vitrine est un véritable manifeste en faveur des arts appliqués. Elle a été présentée au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts en 1895.Cette « vitrine pour objets d’art » est commandée en 1893 à Carabin par la Ville de Paris et exposée en 1895 au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts. Carabin y célèbre les « arts appliqués ». Deux femmes nues symbolisant le Bois tendre et le Bois dur supportent le pupitre vitré, placé en avant-corps. Sur les deux panneaux latéraux sont sculptés, d’un coté, la Céramique au-dessus d’une niche où dort l’Argile, de l’autre, le Métal encore enfoui dans les profondeurs de la terre et la Flamme dont la chevelure soulevée forme « un panache incendiaire ». Au dos figure une allégorie de la Pierre tenant dans ses mains un marteau et un ciseau. Carabin s’est lui-même représenté sous les formes d’un masque grimaçant en train d’épier, comme dans Suzanne et les vieillards, les beautés modernes situées à l’avant du meuble. La vitrine résume toutes les conceptions de Carabin en matière d’ébénisterie. Elle est en noyer massif, bois très apprécié par Carabin pour ses qualités de densité, de résistance et de finesse de grain. Partisan d’un retour à l’artisanat d’art, Carabin vante l’utilisation des bois « indigènes » préférés aux bois exotiques, fustige « l’abominable camelote contemporaine qui s’appelle le plaqué » et critique les artistes de l’Art nouveau qui « donnent de la matière à une forme et non une forme à la matière ». Le thème de la femme cariatide, emblématique des fantasmes et des hantises de l’époque 1900, parcourt et résume l’oeuvre de Carabin. De manière quasi-obsessionnelle, il choisit comme modèle unique une femme au haut chignon qu’il n’hésite pas à étirer, ployer ou courber pour mieux l’adapter à sa fonction décorative et structurelle.D. M.

Áreas temáticas / temas / lugares representados :
Personne / Personnage représenté
Forma de adquisición
Nombre del donador, testador o vendedor
Fecha de adquisición
071895
Número de inventario
OGAL40
Ubicación
Petit Palais Rez-de-Chaussée Salle 19

Prolongación

Prolongación

Indización

Matériaux et techniques

Theme representé

Retour vers le haut de page