Parquet Royal

Zoom
CC0Descargar
Parquet Royal
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
otros imágenes (1)
Parquet Royal
Raffet, Auguste
Datación
En 1831
Museo
Casa de Balzac
Autor(es)
Raffet, Auguste (Paris, 02–03–1804 - Gênes, 11–02–1860), dessinateur-lithographe
Fecha
En 1831
Datación (siglo)
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas

Información detallada

Autor(es)
Raffet, Auguste (Paris, 02–03–1804 - Gênes, 11–02–1860), dessinateur-lithographe
Delaporte, Victor Hippolyte (29–01–1804), imprimeur-lithographe
Otro título :
La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique (Titre de l'ensemble)
Fecha de producción
En 1831
Datación (siglo)
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 27 cm
  • Largeur : 35.6 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 18.4 cm
  • Largeur : 27.8 cm
Descripción

Planche HT parue dans La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique, volume 1, 28 avril 1831, (Planche n°51)

Marcas, inscripciones, cuños
Inscription - Titre en bas au centre : « Parquet Royal » ; légendes en-dessous de chaque personnage principal de la composition, de gche à dte : « 1822 », « 1831 », « 1815 » ; indications : en ht au centre : « La Caricature (Journal.) », en ht à dte : « N°51. »
Inscription - Dans la lettre : « Lith. de Delaporte Sr de Langlumé. » [imprimeur], « On s’abonne chez Aubert, galerie Véro Dodat. » [éditeur], « Raffet » [Auguste Raffet, dessinateur]
Inscription - Sur le papier en partie roulé posé à terre : « Réquisitoire / Conspiration sans but. »
Descripción iconográfica

Image en relation avec l'article "Caricatures", paru dans l' même numéro, p. 201. Au premier plan, trois magistrats vêtus de la simarre rouge bordée d’hermine. L’un, incarnant la Parque de 1822, file une quenouille, un autre, incarnant la Parque de 1815, tient la navette et le fil, que la troisième Parque, celle de 1831, assis entre les deux, s’apprête à couper avec une paire de ciseaux. De plus, la figure de la république (ou liberté ?) se trouve derrière les magistrats et tient le fil en son milieu, tandis que de son autre main, elle porte l’index devant ses yeux. Elle porte un bonnet phrygien. Elle essaie de soustraire des ciseaux un fil que le Parque de 1831, incarné par Persil, est décidé à couper. Les deux autres Parques font référence à Nicolas François Bellart (1761-1826), procureur général à la Cour royale de Paris, incarnant la Parque de 1815. Il requit la peine de mort contre le maréchal Ney. Et l’avocat général Marchangy, incarnant la Parque de 1822, qui avait fait condamner à mort les quatre sergents de la Rochelle (secte des Carbonari). A gche, à terre, des éléments évoquant l’exécution des Carbonari : des crânes et ossements humains, des fers et une lame de guillotine. Derrière un monticule, des hommes à tête de mort, sortes de fantômes des Carbonari. A dte, une hache, une couronne de lauriers, les insignes de maréchal de France. Ces éléments ne sont bient sûr pas sans évoquer le maréchal Ney, que l’on aperçoit peut-être au second plan, sur une barque ? Mais la fleur de lys décorant la barque et les vêtements à la mode de l’ancien régime ne vont pas dans le sens de cette identification. Sans doute s’agit-il plutôt d’une sorte de Charon du XIXe siècle vêtu tel un aristocrate de la Restauration se préparant à prendre Ney sur sa barque pour l’emporter vers la mort. La pl. dénonce les jugements opérés par la justice de la monarchie de juillet, qui, d’après elle, risque de s’inscrire dans la droite lignée des décisions judiciaires passées, jugées excessives, révoltantes et injustes par La Caricature. Cf. pl. 1 du numéro 1 de La Caricature sur un sujet similaire, et pour obtenir informations supplémentaires sur les Carbonari.

Personne / Personnage représenté
Forma de adquisición
Fecha de adquisición
20022013
Institución

Indización

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page