Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi

Zoom
CC0Descargar
Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
otros imágenes (1)
Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi
Grandville
Datación
En 1832
Museo
Casa de Balzac
Autor(es)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Fecha
En 1832
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas
Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi

Información detallada

Autor(es)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Atribuida a Julien, Bernard-Romain (Bayonne, 16–11–1802 - Bayonne, 03–12–1871), dessinateur-lithographe
Imprimerie Becquet (28–02–1796), imprimeur
Otro título :
La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique (Titre de l'ensemble)
Fecha de producción
En 1832
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Materiales y técnicas
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 27 cm
  • Largeur : 35.6 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 22 cm
  • Largeur : 28.8 cm
Descripción

Planche HT parue dans La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique, volume 4, 16 août 1832 (Planche n°191)

Marcas, inscripciones, cuños
Inscription - Titre en bas au centre : « Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami ; // Mieux vaudrait un sage ennemi. » ; légende plus bas à dte : « (L’ours et l’amateur de jardins. Lafontaine.) » ; indications, en ht à gche : « La Caricature (Journal) // (N°93) », en ht à dte : « Pl. 191. »
Inscription - Dans la lettre : « L. de Becquet, rue Childebert N°9 » [imprimeur], « On s’abonne chez Aubert Galerie véro dodat » [éditeur] ; dans l’image, en bas à gche, signature : « Grandville et Julien » [Jean-Jacques Grandville, dessinateur, et Bernard-Romain Julien, lithographe ?]
Inscription - Sur la pierre tenue par l’ours : « Procès », « Saisies » ; sur les ailes de la grosse mouche : « Caricature », « Journal » ; sur les liasses de papier sur lesquelles s’est endormi le roi : « Protocole 7 », « Protocole 9999 »
Descripción iconográfica

Observations : cf. explication de la pl. p. 742 et l’article « VINGT ET UNIEME SAISIE » p. 739. Parodie de la fable de La Fontaine "L’ours et l’amateur des jardins", dans laquelle un ours assomme un vieillard endormi avec une pierre alors qu’il voulait simplement tuer une mouche. La pl. dénonce les moyens répressifs considérables déployés par le gouvernement (saisies, procès) à l’encontre de certaines pl. (en l’occurrence, il s’agit de la pl. 187 du numéro 92 de La Caricature). Ici, dans un jardin, au premier plan à dte, l’ours incarne le mandat Zangiacomi qui permit la saisie de plusieurs numéros de La Caricature. A bout de bras, il tient une pierre en l’air, qu’il s’apprête à jeter sur la mouche incarnant le journal La Caricature, posée sur un homme endormi par terre, le roi Louis-Philippe. Ce dernier est reconnaissable à sa coiffure (toupet), au parapluie et au chapeau à cocarde tricolore disposés à dte de la composition. La pl. tente d’expliquer que les saisies de pl. de La Caricature jouent finalement contre le roi, puisqu’elles tendent à en faire la publicité, à populariser des motifs inventés par le journal qui serait passés presque inaperçus sans cela. L’explication rappelle le succès populaire rencontré par les poires dessinées par Philipon lors d’une séance de son procès. Ainsi, les saisies sont jugées irresponsables puisqu’elles contribuent à détruire l’image du roi des Français, bien plus que l’image caricaturale en elle-même.

Personne / Personnage représenté
Forma de adquisición
Fecha de adquisición
20022013
Institución

Indización

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page