Fleury, Phellion, Vimeux, Thuillier

Zoom
Fleury, Phellion, Vimeux, Thuillier
© Maison de Balzac / Roger-Viollet
X
Zoom
otros imágenes (1)
Homme - Table - Fauteuil
Fleury, Phellion, Vimeux, Thuillier
Huard, Charles
Datación
1910 — 1950
Museo
Casa de Balzac
Autor(es)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Fecha
1910 1950
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Número de inventario
BAL99-350
Fleury, Phellion, Vimeux, Thuillier

Información detallada

Autor(es)
Huard, Charles (Poncey-sur-l'Ignon, 02–06–1874 - Poncey-sur-l'Ignon, 30–03–1965), dessinateur
Gusman, Pierre (Paris, 06–12–1862 - Grosrouvre, en 1942), graveur
Fecha de producción
1910 1950
Tipo(s) de objeto(s)
Denominación(ciones)
Dimensiones - Œuvre
  • Hauteur : 8.3 cm
  • Largeur : 9.8 cm
  • Epaisseur : 2.356 cm
Descripción

Matrice pour l'illustration des Employés, Etudes de moeurs, Scènes de la vie parisienne de La Comédie humaine 7, volume 19, Paris, Editions Conard, 1910-1950, p.231

Descripción iconográfica

Cinq hommes sont réunis autour d'une table. Deux d'entre eux se font face. Il pourrait s'agir de Phellion et Fleury. Le premier fume la pipe, la tenant de sa main droite tandis que la gauche est posée sur le bureau. Fleury se tourne vers lui, l'air agacé."PHELLION (voulant éviter une querelle, essaie de détourner la conversation). Messieurs, du calme. Je travaille à un nouveau petit traité sur la morale, et j'en suis à l'âme. FLEURY (l'interrompant). Qu'en dites-vous, monsieur Phellion ? PHELLION (lisant). D. Qu'est-ce que l'âme de l'homme ? R. C'est une substance spirituelle qui pense et qui raisonne. THUILLIER. Une substance spirituelle, c'est comme si on disait un moellon immatériel. POIRET. Laissez donc dire... PHELLION (reprenant). D. D'où vient l'âme ? R. Elle vient de Dieu, qui l'a créée d'une nature simple et indivisible, et dont par conséquent on ne peut concevoir la destructibilité, et il a dit... POIRET (stupéfait). Dieu ? PHELLION. Oui, monsieur. La tradition est là. FLEURY (à Poiret). N'interrompez donc pas, vous-même ! PHELLION (reprenant). Et il a dit qu'il l'avait créée immortelle, c'est-à-dire qu'elle ne mourra jamais. D. A quoi sert l'âme ? R. A comprendre, vouloir et se souvenir ; ce qui constitue l'entendement, la volonté, la mémoire. D. A quoi sert l'entendement ? R. A connaître. C'est l'oeil de l'âme. FLEURY. Et l'âme est l'oeil de quoi ? PHELLION (continuant). D. Que doit connaître l'entendement ? R. La vérité. D. Pourquoi l'homme a-t-il une volonté ? R. Pour aimer le bien et haïr le mal. D. Qu'est-ce que le bien ? R. Ce qui rend heureux. VIMEUX. Et vous écrivez cela pour des demoiselles ? PHELLION. Oui. (Continuant). D. Combien y a-t-il de sortes de biens ? FLEURY. C'est prodigieusement leste ! PHELLION (indigné). Oh ! monsieur ! (Se calmant.) Voici d'ailleurs la réponse. J'en suis là. (Il lit.) R. Il y a deux sortes de biens, le bien éternel et le bien temporel. POIRET (il fait une mine de mépris). Et cela se vendra beaucoup ? PHELLION. J'ose l'espérer. Il faut une grande contention d'esprit pour établir le système des demandes et des réponses, voilà pourquoi je vous priais de me laisser penser, car les réponses... THUILLIER (interrompant). Au reste, les réponses pourront se vendre a part... POIRET. Est-ce un calembour ? THUILLIER. Oui, on en fera de la salade (de raiponces). PHELLION. J'ai eu le tort grave de vous interrompre (il se replonge la tête dans ses cartons). Mais (en lui-même) ils ne pensent plus à monsieur Rabourdin."(extrait des "Employés", 1838)

Áreas temáticas / temas / lugares representados :
Forma de adquisición
Fecha de adquisición
1999
Número de inventario
BAL99-350
Institución

Indización

Theme representé

Sujet représenté

Retour vers le haut de page