Partager

NOTRE-DAME DE PARIS EN PLUS DE 100 ŒUVRES

Histoire singulière d’une cathédrale devenue le symbole d’une nation
NOTRE-DAME DE PARIS EN PLUS DE 100 ŒUVRES
Histoire singulière d’une cathédrale devenue le symbole d’une nation

Monument emblématique de la capitale, la cathédrale Notre-Dame de Paris marque le paysage parisien depuis plus de 800 ans. Le 15 Avril 2019, l’incendie qui a ravagé la charpente et la flèche de Notre-Dame de Paris a provoqué un terrible émoi en France et à l’étranger. Cette catastrophe a eu pour effet de réveiller les consciences face à la fragilité de nos monuments historiques. À la Révolution, la cathédrale est mutilée et pillée avant d’être intégrée aux biens nationaux. Elle conserve malgré tout une place privilégiée dans l’espace urbain en devenant pendant quelques années le siège du nouveau culte athée de la Raison. Le Concordat de 1801 rétablit le culte catholique et Notre-Dame de Paris retrouve sa fonction initiale. Au XIXème siècle, le célèbre roman de Victor Hugo Notre-Dame de Paris provoque un véritable engouement et Notre-Dame de Paris entre véritablement dans le cœur de tous les français. Elle devient le lieu des funérailles nationales, de célébrations des victoires militaires notamment lors de la Libération de Paris. L’élan de générosité immédiat qui a suivi l’incendie en 2019 montre notre attachement à ces édifices et à quel point ils font partie de notre histoire collective. Inscrite dès 1862 sur la liste des Monuments Historiques puis au patrimoine mondial de l’UNESCO, Notre-Dame fait partie des monuments incontournables pour le visiteur à Paris, l’un des édifices les plus visités de France et elle est également le point zéro de toutes les routes du pays!

Principal lieu touristique de la capitale, Notre-Dame reste avant tout dédiée à l’accueil des croyants et aux célébrations liturgiques. Elle est un des hauts lieux du culte chrétien en France mais aussi dans le monde, notamment par la présence dans ses murs de reliques extrêmement importantes autrefois conservées à la Sainte Chapelle toute proche : la couronne d’épine achetée par saint Louis, un fragment de la croix, un clou provenant du trésor du Saint-Sépulcre à Jérusalem, offert à Charlemagne en 799 et la tunique de saint Louis.

Une sélection de plus de 100 reproductions d’œuvres conservées dans les musées de la Ville de Paris permet de retracer l’histoire de Notre-Dame et de parcourir à ses côtés les grands événements dont elle a été le témoin.

SECTION 1 : Notre-Dame de Paris, de l’église paléochrétienne au monument historique

Notre-Dame de Paris, de l’église paléochrétienne au monument historique

Au XIIème siècle, Maurice de Sully, évêque de Paris, lance la construction d’une nouvelle cathédrale à l’emplacement de l’ancienne. Cet espace, en plein cœur de l’île de la Cité, est occupé depuis l’antiquité par de nombreux bâtiments dont les vestiges sont aujourd’hui visibles dans la Crypte archéologique. Plusieurs décennies sont nécessaires à l’achèvement des travaux afin d’élever les voûtes en croisée d’ogive, les arcs-boutants, la charpente etc. L’essentiel des pierres calcaires utilisées provient des carrières de la région de Paris ainsi que les milliers de chênes utilisés pour la construction de la charpente surnommée la « Forêt de Notre-Dame ». Les plans originaux sont remaniés dans la première moitié du XIIIème siècle avec l’adjonction d’un système d’écoulement des eaux, l’ajout d’une flèche, l’ajourage des tours et le percement des fenêtres hautes pour laisser pénétrer toujours plus de lumière dans ce vaisseau de pierre. Les rosaces et les grandes baies font triompher l’art du vitrail, permettant à Notre-Dame de Paris de devenir l’un des plus majestueux édifices du gothique rayonnant et déjà, un symbole de la capitale.

Notre-Dame, un joyau d’architecture

Avec ses 127 mètres de long et ses 69 mètres de hauteur pour les tours, Notre-Dame fait partie des plus grandes cathédrales médiévales d’Europe. Jusqu’à la construction de la Tour Eiffel à la fin du XIXème siècle,  elle aura été pendant des centaines d’années le plus haut monument de la capitale. L’art du vitrail, apparu au XIIème siècle,  va être employé dès les premiers temps de la construction de Notre-Dame. Ce chantier (comme celui de la Sainte-Chapelle), a permis la maîtrise de la technique du vitrail qui, à l’époque, nécessite d’importants moyens financiers pour se procurer les oxydes métalliques indispensables à la coloration du verre. Parmi les éléments remarquables de Notre-Dame figurent ses trois rosaces, véritables dentelles de pierre et chefs-d’œuvre d’architecture gothique. La rose occidentale fait figurer la Vierge à l’enfant au centre de la composition dont les détails peuvent être observés sur le relevé d’Émile Ollivier au XIXème siècle.

 

Le chœur de Notre-Dame a connu des remaniements par rapport au plan d’origine et celui que nous connaissons aujourd’hui est l’œuvre de l’architecte Robert de Cotte. En 1637, Louis XIII implore la Vierge Marie de lui donner un fils. Preuve de sa dévotion, il décide de faire modifier le chœur de Notre-Dame et d’offrir un nouveau maître-autel. Les travaux commencent sous Louis XIV avec la démolition du jubé et l’aménagement du chœur (au cours duquel sont découverts les fragments du célèbre Pilier des Nautes). Au centre de la nouvelle composition architecturale trône un groupe statuaire monumental : une Pietà de marbre blanc de Nicolas Coustou, une statue de Louis XIII offrant sa couronne à Marie par Guillaume Coustou et enfin la statue de Louis XIV implorant la Vierge, sculptée par Antoine Coysevox.

Zoom
Cathédrale Notre-Dame de Paris
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (66)
Cathédrale Notre-Dame de Paris
Cardinal, Auguste
Datation
Avant 1847
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Cardinal, Auguste
Maquette
Cathédrale Notre-Dame de Paris
Zoom
XIIIe Siècle/ Pl. XIX/ Eglise Notre-Dame./ Rose de la façade occidentale./ (Restauration)
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
XIIIe Siècle/ Pl. XIX/ Eglise Notre-Dame./ Rose de la façade occidentale./ (Restauration)
Ollivier, Emile Edmond
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Ollivier, Emile Edmond (Versailles, 07–09–1800 - en 1864)
Estampe, Arts graphiques
XIIIe Siècle/ Pl. XIX/ Eglise Notre-Dame./ Rose de la façade occidentale./ (Restauration)
Zoom
Pl.IX/ Marbrerie,/ Plan du pavé du Sanctuaire, et d'une partie du Chœur de l'Eglise de Notre Dame de Paris.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Pl.IX/ Marbrerie,/ Plan du pavé du Sanctuaire, et d'une partie du Chœur de l'Eglise de Notre Dame de Paris.
Benard, Robert
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Benard, Robert (Paris, en 1734)
Estampe, Arts graphiques
Pl.IX/ Marbrerie,/ Plan du pavé du Sanctuaire, et d'une partie du Chœur de l'Eglise de Notre Dame de Paris.
Zoom
La Cité et ses alentours au XVIe siècle
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (48)
La Cité et ses alentours au XVIe siècle
Anonyme
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Maquette
La Cité et ses alentours au XVIe siècle
Zoom
9e Vol./ Emile Leconte - Notre Dame de Paris/ Plan et Coupe/ d'une des Chapelles sous l'Abside./ Intérieur.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
9e Vol./ Emile Leconte - Notre Dame de Paris/ Plan et Coupe/ d'une des Chapelles sous l'Abside./ Intérieur.
Anonyme
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Estampe, Arts graphiques
9e Vol./ Emile Leconte - Notre Dame de Paris/ Plan et Coupe/ d'une des Chapelles sous l'Abside./ Intérieur.
Zoom
Etat du chœur de Notre-Dame et de l'archevéché, après la mort de Maurice de Sully (dernières années du douzième siècle).
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Etat du chœur de Notre-Dame et de l'archevéché, après la mort de Maurice de Sully (dernières années du douzième siècle).
Anonyme
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Estampe, Arts graphiques, Manuscrits, imprimés, reliure
Etat du chœur de Notre-Dame et de l'archevéché, après la mort de Maurice de Sully (dernières années du douzième siècle).
Zoom
Monumens de la Cathédrale de Paris / Rose du Portail méridional, commencé l'an 1257, sur les dessins de Jean de Chelles / Plan de la même Eglise
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Monumens de la Cathédrale de Paris / Rose du Portail méridional, commencé l'an 1257, sur les dessins de Jean de Chelles / Plan de la même Eglise
Thierry
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Thierry
Estampe, Arts graphiques
Monumens de la Cathédrale de Paris / Rose du Portail méridional, commencé l'an 1257, sur les dessins de Jean de Chelles / Plan de la même Eglise
Zoom
Eglise cathédrale de Notre-Dame, à Paris. / Transsept - Croisillon Septentrional - Détails.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Eglise cathédrale de Notre-Dame, à Paris. / Transsept - Croisillon Septentrional - Détails.
Ollivier, Emile Edmond
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Ollivier, Emile Edmond (Versailles, 07–09–1800 - en 1864)
Estampe, Arts graphiques
Eglise cathédrale de Notre-Dame, à Paris. / Transsept - Croisillon Septentrional - Détails.
Zoom
Elévation du fond du choeur de N.D. de Paris et de son autel principal
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autres visuels (2)
Elévation du fond du choeur de N.D. de Paris et de son autel principal
Blondel, Jacques François
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Blondel, Jacques François (Rouen, 08–01–1705 - Paris, 09–01–1774)
Estampe, Arts graphiques
Elévation du fond du choeur de N.D. de Paris et de son autel principal

Notre-Dame : objet mathématique

Dans plusieurs documents conservés au musée Carnavalet, il est intéressant de constater que Notre-Dame devient un objet mathématique. En 1702, Allain Manesson-Mallet dans sa Géométrie Pratique utilise la cathédrale comme exemple pour une démonstration de trigonométrie :

« un chapelain de l’Hôtel-Dieu de Paris, qui avoit quelque connaissance de la Géométrie, étant curieux de savoir, sans sortir de cette maison, combien la tour septentrionale de Notre-Dame de Paris, avoit de hauteur depuis le rez-de-chaussée O, jusqu’à la balustrade P […] » (La Géométrie pratique, T.2, p.74).

Dans d’autres documents, Notre-Dame sert de monument de référence, une sorte d’étalon, pour comparer les dimensions de grands projets d’ingénieries tel le puits artésien de l’abattoir de Grenelle,  le projet de « tour de 300 mètres » de Gustave Eiffel ou encore pour mettre en exergue les dimensions gigantesques de la basilique Saint-Pierre de Rome.

Zoom
Coupe du puits artésien de l'abattoir Grenelle. Figures des monuments : cathédrale de Strasbourg, Notre-Dame de Paris, Dôme des Invalides, basilique St Pierre à Rome
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Coupe du puits artésien de l'abattoir Grenelle. Figures des monuments : cathédrale de Strasbourg, Notre-Dame de Paris, Dôme des Invalides, basilique St Pierre à Rome
Ollivier, Emile Edmond
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Ollivier, Emile Edmond (Versailles, 07–09–1800 - en 1864)
Estampe, Arts graphiques
Coupe du puits artésien de l'abattoir Grenelle. Figures des monuments : cathédrale de Strasbourg, Notre-Dame de Paris, Dôme des Invalides, basilique St Pierre à Rome
Zoom
G. Eiffel / Ingénieur constructeur à Levallois-Perret / Tour de 300 mètres / Pl. XI.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
G. Eiffel / Ingénieur constructeur à Levallois-Perret / Tour de 300 mètres / Pl. XI.
Le Génie civil
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Le Génie civil
Estampe, Manuscrits, imprimés, reliure, Arts graphiques
G. Eiffel / Ingénieur constructeur à Levallois-Perret / Tour de 300 mètres / Pl. XI.

Un coup de bourdon pour une flèche disparue

L’incendie de 2019 a fait disparaître un élément d’architecture caractéristique de la cathédrale : sa flèche. La première, construite au XIIIème siècle, a la fonction de clocher (visible sur la gravure de Jacques Rigaud). De 1786 à 1792, menaçant de tomber en ruine, elle est entièrement démontée. Sur une vue stéréoscopique de la première moitié du XIXème siècle, on aperçoit dans l’angle inférieur gauche, l’espace vide laissé à la croisée des transepts ou encore sur la représentation du chevet de Notre-Dame par Émile Harrouart. Il faut attendre la restauration d’Eugène Viollet-Le-Duc en 1843 pour que Notre-Dame retrouve une flèche au sommet de sa charpente. Faite de bois et protégée par du plomb, elle culmine à 96 mètres de hauteur. 21 cloches de bronze, abritées dans les tours de la façade occidentale, résonnent lors des cérémonies religieuses et des grands événements. Le « bourdon » est la plus ancienne des cloches (fondue en 1683 sous Louis XIV), imposante dame de 2,62 mètres de diamètre pour un poids de 13 tonnes !

Zoom
Charpente de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (14)
Charpente de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Corroyer, Edouard
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Corroyer, Edouard (Amiens, 14–09–1835 - Paris, 30–01–1904)
Maquette
Charpente de la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris
Zoom
La cathédrale Notre-Dame de Paris, vue prise du haut de la tour sud, 4ème arrondissement, Paris.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Rémi Briant,Carnavalet,Ville de Paris
X
Zoom
Autres visuels (2)
La cathédrale Notre-Dame de Paris, vue prise du haut de la tour sud, 4ème arrondissement, Paris.
Anonyme
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Photographie, Arts graphiques
La cathédrale Notre-Dame de Paris, vue prise du haut de la tour sud, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Cathédrale Notre-Dame de Paris
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Eric Emo / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (44)
Cathédrale Notre-Dame de Paris
Lelion
Datation
Avant 1855
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Lelion
Maquette
Cathédrale Notre-Dame de Paris
Zoom
Autre vüe Particulière de Paris depuis Nôtre Dame jusques au Pont de la Tournelle.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Autre vüe Particulière de Paris depuis Nôtre Dame jusques au Pont de la Tournelle.
Rigaud, Jacques
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Rigaud, Jacques (Marseille, vers 1681 - Paris, 10–08–1754)
Estampe, Arts graphiques
Autre vüe Particulière de Paris depuis Nôtre Dame jusques au Pont de la Tournelle.
Zoom
La cathédrale Notre-Dame de Paris et le pont de l'Archevêché, la flèche de Notre-Dame en construction vers 1860 (échafaudages), 4ème arrondissement, Paris.
Rémi Briant,Carnavalet,Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
La cathédrale Notre-Dame de Paris et le pont de l'Archevêché, la flèche de Notre-Dame en construction vers 1860 (échafaudages), 4ème arrondissement, Paris.
Anonyme
Datation
Vers 1860
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Photographie, Arts graphiques
La cathédrale Notre-Dame de Paris et le pont de l'Archevêché, la flèche de Notre-Dame en construction vers 1860 (échafaudages), 4ème arrondissement, Paris.

Le parvis Notre-Dame

À l’époque médiévale, Paris est l'une des plus grandes villes du monde occidental et l’île de la Cité en est son centre. Zone dense, occupée par de nombreux édifices (religieux, royaux ou privés) et quadrillée par des ruelles sinueuses et étroites, les architectes de Notre-Dame ont besoin de créer un vaste espace. Pour cela, ils détruisent la cathédrale romane Saint-Etienne et laissent vide un espace au-devant du portail monumental du nouveau monument sur lequel débouche la rue Neuve-Notre-Dame. Le parvis de Notre-Dame de Paris est né. Au XVIème siècle, il est ceinturé par un muret contre lequel vient s’adosser la fontaine dite du Jeûneur en 1639, dessinée par l’architecte du roi Christophe Gamard. Le parvis est bordé au sud par l’ancienne église de l’Hôtel-Dieu (visible sur le plan de Truschet et Hoyau au XVIème siècle).  En 1748, la fontaine est détruite et le parvis réaménagé pour construire à l’ouest l’hôpital des Enfants Trouvés dessiné par Germain Boffrand. Suite à l’incendie de 1772, l’Hôtel-Dieu est doté d’une entrée monumentale néo-classique donnant sur le parvis Notre-Dame.  En 1865, il est démoli et reconstruit au nord du parvis puis, en 1874, c’est au tour de l’hôpital des Enfants Trouvés d’être détruit afin d’élargir la rue Neuve-Notre-Dame, offrant au parvis le visage que nous connaissons actuellement. Certains projets d’aménagements ne verront pas le jour, comme l’installation d’un monument en hommage à Jeanne d’Arc au centre du parvis, on lui préfèrera une statue équestre de Charlemagne. Les nombreux remaniements du XIXème siècle ont offert la possibilité d’effectuer des fouilles archéologiques permettant d’enrichir les connaissances sur l’île de la Cité durant l’antiquité (site de la Carte archéologique de Paris)

Zoom
Epoque romaine/ et mérovingienne./ Pl. XVIII./ Fouilles exécutées sur le parvis Notre-Dame./ en 1847./ Coupes et détails.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Epoque romaine/ et mérovingienne./ Pl. XVIII./ Fouilles exécutées sur le parvis Notre-Dame./ en 1847./ Coupes et détails.
Ollivier, Emile Edmond
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Ollivier, Emile Edmond (Versailles, 07–09–1800 - en 1864)
Estampe, Arts graphiques
Epoque romaine/ et mérovingienne./ Pl. XVIII./ Fouilles exécutées sur le parvis Notre-Dame./ en 1847./ Coupes et détails.
Zoom
L'Assistance publique, place du Parvis Notre-Dame, 4ème arrondissement.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (2)
L'Assistance publique, place du Parvis Notre-Dame, 4ème arrondissement.
Fichot, Michel Charles
Datation
Entre 1867 et 1877
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Fichot, Michel Charles (Troyes, 06–06–1817 - Paris, 07–07–1903)
Dessin, Arts graphiques
L'Assistance publique, place du Parvis Notre-Dame, 4ème arrondissement.
Zoom
Façade de l'ancien Hôtel-Dieu, 4ème arrondissement, Paris
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Façade de l'ancien Hôtel-Dieu, 4ème arrondissement, Paris
Marville, Charles (Charles-François Bossu, dit)
Datation
Entre 1865 et 1868
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Marville, Charles (Charles-François Bossu, dit) (17–07–1813 - 01–06–1879)
Photographie
Façade de l'ancien Hôtel-Dieu, 4ème arrondissement, Paris
SECTION 2 : Notre-Dame de Paris, lieu de culte et symbole du pouvoir

Notre-Dame de Paris, lieu de culte et symbole du pouvoir

Jusqu’à la Révolution, Notre-Dame est l’un des principaux lieux de culte catholique de Paris. Elle voit défiler les rois, les papes, les évêques et les grands personnages venant participer aux événements majeurs du royaume.

Les processions de la Sainte-Geneviève

Place incontournable de la vie religieuse, de nombreux fidèles se rendent à la cathédrale pour se recueillir et prier. Du Moyen Âge à la Révolution, la capitale vit au rythme des cérémonies religieuses qui ponctuent le calendrier. Une des plus célèbres d’entre elles (bien qu’exceptionnelle) est sans doute la procession de la châsse de sainte Geneviève, protectrice de Paris, depuis l’abbaye Sainte-Geneviève jusqu’à Notre-Dame.  Lors de cette cérémonie, la position de chacun est déterminée par la hiérarchie des statuts sociaux. Les personnages importants de la cité sont situés en fin de cortège, aux côtés de la châsse principale, c’est pourquoi ce sont eux qui sont presque toujours représentés au premier plan dans les œuvres figurant l’événement.

Zoom
L'auguste procession de la chasse de Ste Geneviève en l'église de Notre Dame / le 26 mai 1694. Pour obtenir de Dieu par l'intercession de la grande Sainte, le temps propre pour les biens de la terre, et pour les autres besoins de l'église et de l'estat.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
L'auguste procession de la chasse de Ste Geneviève en l'église de Notre Dame / le 26 mai 1694. Pour obtenir de Dieu par l'intercession de la grande Sainte, le temps propre pour les biens de la terre, et pour les autres besoins de l'église et de l'estat.
Anonyme
Datation
En 1695
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Estampe, Arts graphiques
L'auguste procession de la chasse de Ste Geneviève en l'église de Notre Dame / le 26 mai 1694. Pour obtenir de Dieu par l'intercession de la grande Sainte, le temps propre pour les biens de la terre, et pour les autres besoins de l'église et de l'estat.
Zoom
Esquisse pour l'église Saint-Sulpice : Le miracle des Ardents - Procession de la châsse de sainte Geneviève
CC0 Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais
X
Zoom
Autres visuels (2)
Esquisse pour l'église Saint-Sulpice : Le miracle des Ardents - Procession de la châsse de sainte Geneviève
Timbal, Louis Charles
Datation
Entre 1860 et 1864
Musée
Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris
Timbal, Louis Charles (Paris, 26–02–1821 - 20–11–1880)
Peinture
Esquisse pour l'église Saint-Sulpice : Le miracle des Ardents - Procession de la châsse de sainte Geneviève

Les Mays de Notre-Dame de Paris

Chaque année depuis le XVIème siècle, la corporation des orfèvres de Paris commandait à des artistes la réalisation de petits tableaux représentant des scènes bibliques liées à la vierge Marie, afin de les offrir à la cathédrale au mois de mai (may en ancien français). À partir de 1630 et jusqu’en 1707, les tableaux prennent des dimensions colossales et sont exposés dans les différents espaces de la cathédrale. Les œuvres représentant ces mays proposent souvent une mise en perspective de la nef de Notre-Dame, faisant ressortir la monumentalité de l’édifice. À la Révolution, les mays sont saisis, quelques-uns sont emmenés au Louvre, certains sont déposés en région alors que d’autres disparaissent… Après le Concordat de 1801, treize mays sont de nouveau accrochés dans les chapelles latérales de la nef de Notre-Dame, en particulier celle des orfèvres.

Pour aller plus loin : Christin Olivier, « Le May des orfèvres. Contribution à l'histoire de la genèse du sentiment esthétique», dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 105, décembre 1994, « Stratégies de reproduction et transmission des pouvoirs », Pierre Bourdieu (dir.), pp. 75-90.. Consultable sur : https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1994_num_105_1_3128
Zoom
Vue et perspective du dedans de l'Eglise de la Cathédrale de notre Dame de Paris Dédiée à Monseigneur de Noailles [...]
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Vue et perspective du dedans de l'Eglise de la Cathédrale de notre Dame de Paris Dédiée à Monseigneur de Noailles [...]
Anonyme
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Estampe, Arts graphiques
Vue et perspective du dedans de l'Eglise de la Cathédrale de notre Dame de Paris Dédiée à Monseigneur de Noailles [...]
Zoom
La Pêche miraculeuse ou la Vocation de saint Pierre. "Petit may" de Notre-Dame. 1624.
© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
La Pêche miraculeuse ou la Vocation de saint Pierre. "Petit may" de Notre-Dame. 1624.
Vignon, Claude
Datation
Vers 1624
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Vignon, Claude (Tours, 19–05–1593 - Paris, 10–05–1670)
Peinture
La Pêche miraculeuse ou la Vocation de saint Pierre. "Petit may" de Notre-Dame. 1624.
Zoom
Saint Paul et saint Barnabé refusant les honneurs divins à Lystre. Esquisse pour le "may" de Notre-Dame de 1644.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Saint Paul et saint Barnabé refusant les honneurs divins à Lystre. Esquisse pour le "may" de Notre-Dame de 1644.
Corneille, Michel (l'Ancien)
Datation
En 1644
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Corneille, Michel (l'Ancien) (Orléans, vers 1601 - Paris, 13–06–1664)
Peinture
Saint Paul et saint Barnabé refusant les honneurs divins à Lystre. Esquisse pour le "may" de Notre-Dame de 1644.

Notre-Dame de Paris et le pouvoir royal

Notre-Dame de Paris est le témoin de grands événements qui ont secoué la capitale et le pays. Au XVIème siècle, alors que le royaume est en proie aux guerres de Religion, le roi de France Henri III est assassiné en 1589 par le moine dominicain Jacques Clément, fervent partisan de la Ligue catholique. Henri IV,  lui succédant sous le titre de « Roi de France et de Navarre », entre dans Paris pacifiquement le 22 mars 1594 et se rend à Notre-Dame pour prier. La cathédrale apparaît en arrière-plan sur deux œuvres représentant ces événements, sa silhouette et sa rosace caractéristiques permettent aisément de l’identifier.

Des cérémonies officielles se déroulent sous les voûtes ogivales : en 1663, Louis XIV reçoit à Paris une délégation diplomatique formée par les représentants de treize cantons suisses. Cette rencontre est le fruit de plusieurs années de tractations en coulisses afin que soit signée une alliance entre la France et les ligues helvétiques. À Paris, les négociations se déroulent loin des regards jusqu’à la cérémonie officielle de prestation du serment d’alliance en la cathédrale Notre-Dame. L’estampe proposée reproduit cette scène dessinée par Charles Le Brun, premier peintre du roi. Louis XIV lui-même avait commandé à la manufacture royale des Gobelins une série de tapisseries, intitulée L’Histoire du roi, destinée à alimenter la propagande royale. La tapisserie originale représentant la prestation du serment d’alliance est aujourd’hui exposée à l’ambassade de Suisse à Paris.

Les grands personnages du royaume célèbrent baptêmes, mariages et funérailles à Notre-Dame de Paris. Ainsi, en 1746, les funérailles de Marie-Thérèse d’Espagne, première épouse de Louis de France (fils de Louis XV et père des rois Louis XVI, Louis XVIII et Charles X) décédée quelques jours après la mise au monde de Marie-Thérèse de France, sont célébrées en grande pompe. La même année se déroule à Notre-Dame la pompe funèbre de Philippe V, roi d’Espagne de la branche Bourbon, en l’absence du corps du souverain. Ce type de cérémonie dite in absentia est un marqueur des monarchies européennes du XVIème au XVIIIème siècles.

Pour aller plus loin : « La mort du Prince, Pompes funèbres et recueils gravés », de Vivien Richard, dans Chroniques de L’éphémère, Le livre de fête dans la collection Jacques Doucet, Dominique Morelon ( dir.), 2010  : https://books.openedition.org/inha/2846?lang=fr et « Les pompes funèbres des souverains étrangers à Notre-Dame de Paris, XVIe-XVIIIe siècles », de Jean-Marie Le Gall dans : Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 2013/3, n°59-3, pp.96-123 : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2012-3-page-96.htm#.
Zoom
Comme le Roy alla incontinent à l'Eglise de Notre Dame rendre grâces solennelles à Dieu de cette admirable réduction de la ville Capitale de son Royaume.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Comme le Roy alla incontinent à l'Eglise de Notre Dame rendre grâces solennelles à Dieu de cette admirable réduction de la ville Capitale de son Royaume.
Anonyme
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Estampe, Arts graphiques
Comme le Roy alla incontinent à l'Eglise de Notre Dame rendre grâces solennelles à Dieu de cette admirable réduction de la ville Capitale de son Royaume.
Zoom
Renouvellement d'alliance entre la France et les Suisses, fait dans l'église Notre-Dame de Paris par le roi Louis XIV [...].
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Renouvellement d'alliance entre la France et les Suisses, fait dans l'église Notre-Dame de Paris par le roi Louis XIV [...].
Le Clerc, Simon
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Le Clerc, Simon
Estampe, Arts graphiques
Renouvellement d'alliance entre la France et les Suisses, fait dans l'église Notre-Dame de Paris par le roi Louis XIV [...].
Zoom
Pompe funèbre de Marie Therese d'Espagne Dauphine de France, en l'église/ de Nôtre Dame de Paris le XXIV Novembre M.D.CCXLVI.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Pompe funèbre de Marie Therese d'Espagne Dauphine de France, en l'église/ de Nôtre Dame de Paris le XXIV Novembre M.D.CCXLVI.
Cochin, Charles Nicolas (le fils)
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Cochin, Charles Nicolas (le fils) (Paris, 22–02–1715 - Paris, 29–06–1790)
Estampe, Arts graphiques
Pompe funèbre de Marie Therese d'Espagne Dauphine de France, en l'église/ de Nôtre Dame de Paris le XXIV Novembre M.D.CCXLVI.
Zoom
Pompe funèbre de Philippe de France, roi d'Espagne et des Indes,
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autres visuels (2)
Pompe funèbre de Philippe de France, roi d'Espagne et des Indes,
Cochin, Charles Nicolas (le fils)
Datation
En 1746
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Cochin, Charles Nicolas (le fils) (Paris, 22–02–1715 - Paris, 29–06–1790)
Estampe, Arts graphiques
Pompe funèbre de Philippe de France, roi d'Espagne et des Indes,

Les tourments de la Révolution française

Quand l’heure de la Révolution sonne, Notre-Dame et ses biens sont saisis par la toute jeune République naissante.  Dans le bouillonnement politique et social qui suit la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, la municipalité de Paris voit le jour. Jean-Sylvain Bailly, premier président de l’Assemblée nationale, est désigné à la tête de Paris et devient ainsi le premier maire de la ville. Encore une fois, Notre-Dame est retenue pour célébrer l’événement. Adolphe Thiers, dans son Histoire de la Révolution française, nous livre une description de cet épisode, ses mots sont les suivants :

« On vota aussitôt un Te Deum et l’on se transporta en foule à Notre-Dame. Les nouveaux magistrats, l’archevêque de Paris, les électeurs, mêlés à des gardes françaises, à des soldats de la milice, marchant sous le bras les uns des autres, se rendirent à l’antique cathédrale, dans une espèce d’ivresse. Sur la route, des enfants trouvés tombèrent aux pieds de Bailly, qui avait beaucoup travaillé pour les hôpitaux ; ils l’appelèrent leur père » (Histoire de la Révolution française par A. Thiers et F. Bodin, 1865, Paris, T.1, p.403. En ligne sur BnF)

La Garde nationale, qui est née quelques jours auparavant, tire ses forces vives dans les 60 districts nouvellement créés à Paris qui s'ajoutent aux paroisses existantes, pour mieux rendre compte de la réalité sociale parisienne. Du 17 juillet 1789 au 31 décembre de la même année, les drapeaux de la Garde nationale sont bénis à Notre-Dame, quelques temps avant qu’elle ne soit désacralisée. Puis la cathédrale est vandalisée, en particulier les sculptures de la galerie des rois sur la façade. Elle deviendra alors un lieu de vote puis, entre 1793 et 1795, un entrepôt des vins de la République. Après la loi du 31 mai 1795 accordant l’usage d’édifices non-aliénés aux divers cultes, le célèbre Abbé Grégoire (évêque du Loir-et-Cher puis président de l’Assemblé constituante) forme la « Société Catholique de Notre-Dame » et se fait remettre les clés de Notre-Dame par la section de la Cité. Notre-Dame est alors dans un état de délabrement avancé.

Il faut attendre 1804 et le sacre de Napoléon Bonaparte pour que Notre-Dame renoue avec ses traditionnelles cérémonies prestigieuses et son faste d’antan. Pour l’occasion, des tapis de soie bordés de franges recouvrent les sols, de gigantesques draperies aux armes de l’empereur sont suspendues aux balcons et d’immenses lustres sont accrochés aux voûtes. (Description des préparatifs). En choisissant la cathédrale pour célébrer son accession au trône, Napoléon la replace au centre des édifices symboles du pouvoir.

Zoom
BENEDICTION DES DRAPEAUX DE LA GARDE NATIONALE PARISIENNE A NOTRE-DAME, le 27 septembre 1789.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
BENEDICTION DES DRAPEAUX DE LA GARDE NATIONALE PARISIENNE A NOTRE-DAME, le 27 septembre 1789.
Prieur, Jean-Louis
Datation
En 1789
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Prieur, Jean-Louis (Paris, en 1759 - Paris, 07–05–1795)
Estampe, Arts graphiques, Révolution française
BENEDICTION DES DRAPEAUX DE LA GARDE NATIONALE PARISIENNE A NOTRE-DAME, le 27 septembre 1789.
Zoom
Recueil de gravures d'illustration pour l'Histoire de la Révolution de Thiers
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée de la Vie Romantique
X
Zoom
Autres visuels (19)
Recueil de gravures d'illustration pour l'Histoire de la Révolution de Thiers
Scheffer, Ary
Musée
Musée de la Vie romantique
Scheffer, Ary (Dordrecht, 10–01–1795 - Argenteuil, 15–06–1858)
Arts graphiques, Estampe
Recueil de gravures d'illustration pour l'Histoire de la Révolution de Thiers
Zoom
XI Frimaire An XIII (2 Décembre 1804) / Fête du Sacre et Couronnement de leurs Majestés Impériales / Vue de la Place du Parvis Notre Dame de Paris [...].
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
XI Frimaire An XIII (2 Décembre 1804) / Fête du Sacre et Couronnement de leurs Majestés Impériales / Vue de la Place du Parvis Notre Dame de Paris [...].
Le Coeur, Louis
Datation
Après 1804
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Le Coeur, Louis
Estampe, Arts graphiques
XI Frimaire An XIII (2 Décembre 1804) / Fête du Sacre et Couronnement de leurs Majestés Impériales / Vue de la Place du Parvis Notre Dame de Paris [...].
Zoom
Projet de décoration du chœur de Notre-Dame et du trône pontifical pour le sacre de Napoléon.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Projet de décoration du chœur de Notre-Dame et du trône pontifical pour le sacre de Napoléon.
Percier, Charles
Datation
En 1804
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Percier, Charles (Paris, 22–08–1764 - Paris, 05–09–1838)
Arts graphiques, Dessin
Projet de décoration du chœur de Notre-Dame et du trône pontifical pour le sacre de Napoléon.

Le retour du culte catholique et les soubresauts de l’époque moderne

Au cours du XIXème siècle, Notre-Dame de Paris redevient le lieu privilégié des grandes cérémonies nationales telles que les mariages et les baptêmes. Le 17 juin 1816, Charles-Ferdinand d’Artois (fils de Charles X) et Marie-Caroline de Bourbon-Sicile célèbrent un mariage grandiose. Dessinés à l’avance, les décors nous donnent à voir une Notre-Dame parée de tentures, de rideaux et autres rinceaux végétaux afin d’offrir un écrin d’exception.

Le baptême du prince impérial, fils de Napoléon III, le 14 juin 1856 à Notre-Dame est une autre occasion de constater les moyens mis en œuvre pour magnifier la cérémonie, dont la décoration est supervisée par Viollet-Le-Duc en personne. Le faste déployé est tel qu’il fera dire à Napoléon III : « Ce baptême vaut bien un sacre », allusion directe à la cérémonie d’intronisation de son oncle quelques 52 ans plus tôt dans les mêmes lieux… 

Seul point noir au tableau, le pillage de la cathédrale et de l’archevêché le 29 juillet 1830 lors de la révolution qui renversa Charles X.

Les grands personnages de la nation ont également le droit à des obsèques à Notre-Dame, comme Louis Pasteur le 6 octobre 1895, le docteur Emile Roux en 1933 ou encore François Mitterrand le 11 janvier 1996.

En mai 1945, le général De Gaulle et les ambassadeurs alliés assistent à un Te Deum  (chant religieux de louange et d’action de grâces) donné à Notre-Dame pour célébrer la capitulation de l’Allemagne nazie. Dans la deuxième partie du XXème siècle, de nombreux travaux de restauration sont effectués notamment sur les vitraux. Suite au Concile Vatican II et à la demande de Monseigneur Lustiger, un nouvel autel est installé à la croisée du transept. En 2008, c’est dans une cathédrale en partie restaurée que le pape Benoît XVI vient célébrer le jubilé de l’édifice, son 850ème anniversaire.

Zoom
Dessin préparatoire du mariage du Duc et la Duchesse de Berry à Notre-Dame, le 17 juin 1816
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Dessin préparatoire du mariage du Duc et la Duchesse de Berry à Notre-Dame, le 17 juin 1816
Dugourc, Jean-Démosthène
Datation
En 17–06–1816
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Dugourc, Jean-Démosthène (Versailles, 23–09–1749 - Paris, 01–04–1825)
Dessin, Arts graphiques
Dessin préparatoire du mariage du Duc et la Duchesse de Berry à Notre-Dame, le 17 juin 1816
Zoom
Baptême du Prince impérial à la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 14 juin 1856, 4ème arrondissement, Paris.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Baptême du Prince impérial à la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 14 juin 1856, 4ème arrondissement, Paris.
Marville, Charles (Charles-François Bossu, dit)
Datation
En 1856
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Marville, Charles (Charles-François Bossu, dit) (17–07–1813 - 01–06–1879)
Photographie
Baptême du Prince impérial à la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 14 juin 1856, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Libération de Paris - 22 août 1944 - F.F.I. lançant des bouteilles incendiaires d'une fenêtre de l'hôtel-bar de la Cité, rue du Petit-Pont, 5ème arrondissement, Paris.
© Robert Doisneau - Reproduction : Musée Carnavalet / Parisienne de Photographie
X
Zoom
Autre visuel (1)
Libération de Paris - 22 août 1944 - F.F.I. lançant des bouteilles incendiaires d'une fenêtre de l'hôtel-bar de la Cité, rue du Petit-Pont, 5ème arrondissement, Paris.
Doisneau, Robert
Datation
En 1944
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Doisneau, Robert (Gentilly, 14–04–1912 - Paris, 01–04–1994)
Photographie, Arts graphiques
Libération de Paris - 22 août 1944 - F.F.I. lançant des bouteilles incendiaires d'une fenêtre de l'hôtel-bar de la Cité, rue du Petit-Pont, 5ème arrondissement, Paris.
Zoom
Les obsèques nationales du Docteur Roux, le catafalque sur la place du parvis Notre-Dame
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Les obsèques nationales du Docteur Roux, le catafalque sur la place du parvis Notre-Dame
Destez, Paul
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Destez, Paul (Paris, en 1851 - en 1919)
Estampe, Manuscrits, imprimés, reliure, Arts graphiques
Les obsèques nationales du Docteur Roux, le catafalque sur la place du parvis Notre-Dame
Zoom
Libération de Paris - 26 août 1944 - La foule attend le général de Gaulle devant la cathédrale Notre-Dame, rue de la Cité et place du parvis Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
(c) Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autres visuels (2)
Libération de Paris - 26 août 1944 - La foule attend le général de Gaulle devant la cathédrale Notre-Dame, rue de la Cité et place du parvis Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Préfecture de Police (Paris)
Datation
En 1944
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Préfecture de Police (Paris)
Photographie, Arts graphiques
Libération de Paris - 26 août 1944 - La foule attend le général de Gaulle devant la cathédrale Notre-Dame, rue de la Cité et place du parvis Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Arrivée du cortège funèbre de S.A.R. le duc d'Orléans à Notre-Dame,/ Le 30 Juillet 1842.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Arrivée du cortège funèbre de S.A.R. le duc d'Orléans à Notre-Dame,/ Le 30 Juillet 1842.
Grenier, Ernest
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Grenier, Ernest (Sèvres)
Estampe, Arts graphiques
Arrivée du cortège funèbre de S.A.R. le duc d'Orléans à Notre-Dame,/ Le 30 Juillet 1842.
Zoom
Baptême de S.A. le prince impérial/ Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, en l'église de Notre-Dame-de-Paris le 14 Juin 1856.
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Baptême de S.A. le prince impérial/ Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, en l'église de Notre-Dame-de-Paris le 14 Juin 1856.
Gaildrau, Jules
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Gaildrau, Jules (18–09–1816 - en 1898)
Estampe, Arts graphiques
Baptême de S.A. le prince impérial/ Napoléon-Eugène-Louis-Jean-Joseph, en l'église de Notre-Dame-de-Paris le 14 Juin 1856.
Notre-Dame dans la libération de Paris

Les combats pour la Libération de Paris filmés par une équipe de cinéastes de la Résistance, seront les premières images de la France libre, diffusées par France Libre Actualités et le Comité de Libération du Cinéma Français (CLCF). Source : INA.

Une messe de Noël historique
INA film

Le 24 décembre 1948 est filmée, en direct de Notre-Dame de Paris, la première messe de l’histoire de la télévision. C’est une prouesse technique pour les équipes de la Radiodiffusion française qui doivent s’adapter aux conditions particulières imposées par les lieux. Source : INA.

SECTION 3 : Entre Notre-Dame et Paris, un lien indéfectible

Entre Notre-Dame et Paris, un lien indéfectible

Au XIXème siècle, Paris voit son urbanisme se métamorphoser en majeure partie par les travaux du baron Haussmann. De larges avenues sont percées, les immeubles sont standardisés et alignés, des places voient le jour et, comme vu précédemment, la délocalisation de l’Hôtel-Dieu au nord du parvis Notre-Dame permet d’aérer et de mettre en valeur la cathédrale. Ces travaux sont concomitants avec les réfections que Viollet-le-Duc débute sur Notre-Dame.

L’édifice est témoin de l’installation de l’éclairage au gaz au milieu du XIXème siècle dont la « Compagnie parisienne d’éclairage et de chauffage par le gaz » a la charge. Cette innovation nécessite de nombreuses brigades pour allumer les becs de gaz. Certains photographes comme Brassaï ou Louis Vert fixent sur la pellicule l’intervention des « nettoyeurs de réverbères »  qui ont pour mission de retirer l’encrassement des verres dû au gaz de houille. Dans la continuité de l’idéologie hygiéniste du XIXème siècle, des innovations font leur apparition comme la « voiture balayeuse » ou la « voiture d’arrosage », immortalisées au pied de Notre-Dame par Eugène Atget.

Zoom
Travaux des fondations de la caserne de la Cité, île de la Cité avec Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Travaux des fondations de la caserne de la Cité, île de la Cité avec Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Richebourg, Pierre Ambroise
Datation
Entre 1864 et 1865
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Richebourg, Pierre Ambroise (Laignes, 28–11–1810 - Saint-Pierre-lès-Nemours, 28–12–1875)
Photographie, Arts graphiques
Travaux des fondations de la caserne de la Cité, île de la Cité avec Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Nettoyeurs de réverbères, place du Parvis-Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
© Louis Vert / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Nettoyeurs de réverbères, place du Parvis-Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Vert, Louis
Datation
Entre 1900 et 1906
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Vert, Louis (Paris, 05–09–1865 - Saint-Ouen-l'Aumône, 20–09–1924)
Photographie, Arts graphiques
Nettoyeurs de réverbères, place du Parvis-Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Bus passant à l'arrêt de bus Cité, la cathédrale Nôtre-Dame au loin, 4ème arrondissement, Paris.
© Roger Schall / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
© Roger Schall / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Bus passant à l'arrêt de bus Cité, la cathédrale Nôtre-Dame au loin, 4ème arrondissement, Paris.
Schall, Roger
Datation
En 1935
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Schall, Roger (Nancy, 25–07–1904 - Paris, 04–12–1995)
Photographie, Arts graphiques
Bus passant à l'arrêt de bus Cité, la cathédrale Nôtre-Dame au loin, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Voiture d'arrosage, "Ville de Paris Voie publique", près de Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (3)
Voiture d'arrosage, "Ville de Paris Voie publique", près de Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
Atget, Eugène (Jean Eugène Auguste Atget, dit)
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Atget, Eugène (Jean Eugène Auguste Atget, dit) (Libourne, 12–02–1857 - Paris, 04–08–1927)
Photographie, Arts graphiques
Voiture d'arrosage, "Ville de Paris Voie publique", près de Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
Zoom
Voiture balayeuse, près de Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Voiture balayeuse, près de Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
Atget, Eugène (Jean Eugène Auguste Atget, dit)
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Atget, Eugène (Jean Eugène Auguste Atget, dit) (Libourne, 12–02–1857 - Paris, 04–08–1927)
Photographie, Arts graphiques
Voiture balayeuse, près de Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris

Notre-Dame, témoin des temps modernes

Notre-Dame de Paris voit surtout s’installer un nouveau type de transport appelé à un formidable avenir : le métropolitain.  Entre 1905 et 1907, les travaux de la ligne 4 chamboulent totalement la perception de la circulation entre la rive gauche et la rive droite qui pour la première fois se retrouvent liées par une galerie sous-fluviale. Sur les quelques œuvres proposées, le contraste est saisissant entre la cathédrale gothique, symbole de continuité, et les ouvrages d’ingénierie moderne, symboles de rupture. La crue de 1910 est également un événement ancré dans la mémoire collective, Notre-Dame est touchée par cette montée des eaux qui gagne les sous-sols de la sacristie et du presbytère (Chronique du Petit Parisien daté du 27 janvier 1910).

Enfin, en ce début de siècle, la Grande Guerre fait planer la menace d’une invasion allemande jusqu’à Paris. Pour protéger au mieux Notre-Dame, des empilements impressionnants de sacs de sable sont installés notamment contre les portails sculptés. Malgré cela, l’aviation et l’artillerie allemande endommageront certains monuments et Notre-Dame déplorera quelques dégâts.

Zoom
Travaux du métro entre le pont Saint Michel et le Petit Pont, novembre 1906, à l’arrière plan, le haut de Notre-Dame
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autres visuels (2)
Travaux du métro entre le pont Saint Michel et le Petit Pont, novembre 1906, à l’arrière plan, le haut de Notre-Dame
Jouas, Charles
Datation
En 11–1906
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Jouas, Charles (Paris, 05–12–1866 - 14–05–1942)
Dessin, Arts graphiques
Travaux du métro entre le pont Saint Michel et le Petit Pont, novembre 1906, à l’arrière plan, le haut de Notre-Dame
Zoom
Construction du chemin de fer métropolitain municipal de Paris : jonction des caissons du petit bras et raccordement sur la rive gauche, vue générale en direction de la cathédrale Notre-Dame, 4ème arrondissement
Reproduction : Musée Carnavalet / Parisienne de Photographie
X
Zoom
Autre visuel (1)
Construction du chemin de fer métropolitain municipal de Paris : jonction des caissons du petit bras et raccordement sur la rive gauche, vue générale en direction de la cathédrale Notre-Dame, 4ème arrondissement
Anonyme
Datation
En 28–05–1909
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Photographie, Arts graphiques
Construction du chemin de fer métropolitain municipal de Paris : jonction des caissons du petit bras et raccordement sur la rive gauche, vue générale en direction de la cathédrale Notre-Dame, 4ème arrondissement
Zoom
Cathédrale Notre-Dame, vue du quai de la Tournelle, 30 janvier 1910, inondations de 1910, 4ème et 5ème arrondissements.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Cathédrale Notre-Dame, vue du quai de la Tournelle, 30 janvier 1910, inondations de 1910, 4ème et 5ème arrondissements.
Pierson, Albert
Datation
30–01–1910
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Pierson, Albert (Vézelise)
Peinture
Cathédrale Notre-Dame, vue du quai de la Tournelle, 30 janvier 1910, inondations de 1910, 4ème et 5ème arrondissements.
Zoom
Portail de Notre-Dame, portail Sainte-Anne recouvert de sacs, 4ème arrondissement, Paris.
© Lucien Solignac - Reproduction : Musée Carnavalet / Parisienne de Photographie
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Portail de Notre-Dame, portail Sainte-Anne recouvert de sacs, 4ème arrondissement, Paris.
Solignac, Lucien
Datation
En 1918
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Solignac, Lucien
Photographie, Arts graphiques
Portail de Notre-Dame, portail Sainte-Anne recouvert de sacs, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
La protection des monuments de Paris pendant la Première guerre mondiales : sacs de sable protégeant les portails de la cathédrale Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
La protection des monuments de Paris pendant la Première guerre mondiales : sacs de sable protégeant les portails de la cathédrale Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
Ménanteau, Godefroy
Datation
Entre 1914 et 1918
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Ménanteau, Godefroy
Arts graphiques, Photographie
La protection des monuments de Paris pendant la Première guerre mondiales : sacs de sable protégeant les portails de la cathédrale Notre-Dame de Paris, 4ème arrondissement, Paris
Zoom
Sacs de sable devant le portail de la cathédrale Notre-Dame de Paris, île de la Cité, 4ème arrondissement, Paris, juin 1918. Protection des monuments pendant la Grande Guerre, Première guerre mondiale.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Sacs de sable devant le portail de la cathédrale Notre-Dame de Paris, île de la Cité, 4ème arrondissement, Paris, juin 1918. Protection des monuments pendant la Grande Guerre, Première guerre mondiale.
Ménanteau, Godefroy
Datation
En 06–1918
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Ménanteau, Godefroy
Photographie, Arts graphiques
Sacs de sable devant le portail de la cathédrale Notre-Dame de Paris, île de la Cité, 4ème arrondissement, Paris, juin 1918. Protection des monuments pendant la Grande Guerre, Première guerre mondiale.
Zoom
Vue curieuse en perspective la croix indique l'emplacement approximatif où est tombée la bombe celle-ci n'occasionnera que très peu de dégâts. (12-10-14)
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Vue curieuse en perspective la croix indique l'emplacement approximatif où est tombée la bombe celle-ci n'occasionnera que très peu de dégâts. (12-10-14)
Lansiaux, Charles Joseph Antoine
Datation
12–10–1914
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Lansiaux, Charles Joseph Antoine (Aniche, 09–03–1855 - Paris, après 06–04–1939)
Arts graphiques, Photographie
Vue curieuse en perspective la croix indique l'emplacement approximatif où est tombée la bombe celle-ci n'occasionnera que très peu de dégâts. (12-10-14)

Notre-Dame de Paris dans le cœur des artistes

Si Paris compte de nombreux monuments remarquables, il semble bien que les artistes aient jeté leur dévolu sur Notre-Dame de Paris. Les premières représentations conservées dans les musées de la ville remontent au XVIème siècle, le souci du détail y est relativement important dans ces œuvres ainsi que dans les gravures et les estampes des siècles suivants. La reproduction fidèle des différents éléments architecturaux est réalisée de manière plus ou moins précise selon l’angle de vue adopté, de la composition de la scène etc, mais elle semble être la règle.

Avec l’évolution des styles artistiques, les règles de représentation de Notre-Dame par les artistes sont plus souples. Ceux-ci cherchent plutôt à suggérer la présence de la cathédrale par ses contours que par un dessin reprenant techniquement chaque partie du monument. Sous la neige, dans les nuages, au clair de lune ou sous un grand soleil, la perception de Notre-Dame est sans cesse renouvelée par les artistes. Il s’agit pour eux d’une expérience sensorielle inédite selon que la lumière frappe les parois calcaires des murs ou la toiture de plomb, faisant ressortir aux différentes heures de la journée des jeux d’ombrages originaux. De magnifiques tableaux pointillistes de Paul Signac, Maximilien Luce ou Robert Delaunay l'illustrent. Il faut également signaler les montages photographiques singuliers proposés par Bruno Fabien et conservés au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris dont les effets visuels sont pour le moins saisissants !

Quelques exemples également dans les autres collections : 
Musée d'Orsay :  Le quai Saint-Michel et Notre-Dame, en 1901, Maximilien Luce
Kunstmuseum BaselLa flèche de Notre-Dame (Vue de Paris, Notre-Dame), Robert Delaunay

 

Zoom
"Rue Saint-Jacques", surimpression du Panthéon, de la faculté de droit (avec la cathédrale Notre-Dame de Paris au loin), 5ème arrondissement, Paris
© Bruno Fabien - Reproduction : Musée Carnavalet / Parisienne de Photographie
X
Zoom
Autre visuel (1)
"Rue Saint-Jacques", surimpression du Panthéon, de la faculté de droit (avec la cathédrale Notre-Dame de Paris au loin), 5ème arrondissement, Paris
Fabien, Bruno
Datation
Vers 1985
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Fabien, Bruno (en 1961)
Photographie, Arts graphiques
"Rue Saint-Jacques", surimpression du Panthéon, de la faculté de droit (avec la cathédrale Notre-Dame de Paris au loin), 5ème arrondissement, Paris
Zoom
Un dessinateur et Notre-Dame vue du pont de la Tournelle, printemps 1949, 4ème arrondissement, Paris.
© Frédéric Barzilay - Reproduction : Musée Carnavalet / Parisienne de Photographie
X
Zoom
Autre visuel (1)
Un dessinateur et Notre-Dame vue du pont de la Tournelle, printemps 1949, 4ème arrondissement, Paris.
Barzilay, Frédéric
Datation
En 1949
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Barzilay, Frédéric (Salonique, 16–04–1917)
Photographie, Arts graphiques
Un dessinateur et Notre-Dame vue du pont de la Tournelle, printemps 1949, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Devant Notre-Dame, le long de la rue Lagrange
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autres visuels (2)
Devant Notre-Dame, le long de la rue Lagrange
Lepère, Auguste
Datation
En 1901
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Lepère, Auguste (Montmartre (ancienne commune), 30–11–1849 - Domme, 20–11–1918)
Estampe, Arts graphiques
Devant Notre-Dame, le long de la rue Lagrange
Zoom
Le quai des Orfêvres, le pont Saint-Michel, Notre-Dame, vers 1860 ; effet de nuit, actuels 1er et 4ème arrondissements.
© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Le quai des Orfêvres, le pont Saint-Michel, Notre-Dame, vers 1860 ; effet de nuit, actuels 1er et 4ème arrondissements.
Anonyme
Datation
Entre 1855 et 1865
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Peinture
Le quai des Orfêvres, le pont Saint-Michel, Notre-Dame, vers 1860 ; effet de nuit, actuels 1er et 4ème arrondissements.
Zoom
Notre-Dame de Paris, la nuit, effet de lune, vue prise du quai saint-Michel
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Notre-Dame de Paris, la nuit, effet de lune, vue prise du quai saint-Michel
Gœneutte, Norbert
Datation
Après 1889
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Gœneutte, Norbert (Paris, 23–07–1854 - Auvers-sur-Oise, 09–10–1894)
Estampe, Arts graphiques
Notre-Dame de Paris, la nuit, effet de lune, vue prise du quai saint-Michel
Zoom
"Carapace", gargouille de Notre-Dame, vue des toits de Notre-Dame de Paris et détail de sculpture en surimpression, 4ème arrondissement, Paris.
© Bruno Fabien - Reproduction : Musée Carnavalet / Parisienne de Photographie
X
Zoom
Autre visuel (1)
"Carapace", gargouille de Notre-Dame, vue des toits de Notre-Dame de Paris et détail de sculpture en surimpression, 4ème arrondissement, Paris.
Fabien, Bruno
Datation
Vers 1985
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Fabien, Bruno (en 1961)
Photographie, Arts graphiques
"Carapace", gargouille de Notre-Dame, vue des toits de Notre-Dame de Paris et détail de sculpture en surimpression, 4ème arrondissement, Paris.

Un monument intemporel et tutélaire

Par sa silhouette reconnue de tous, Notre-Dame de Paris fait partie de ces monuments emblématiques de la ville. Sitôt qu’elle figure dans une œuvre, au premier plan ou en arrière-plan, l’observateur identifie immédiatement Paris. Une des plus anciennes représentations de la ville est visible sur une peinture flamande du XVIème siècle, conservée au musée Carnavalet, et sur laquelle la cathédrale est l’élément clé qui permet d’identifier la cité où se déroule la scène.  Elle fait une apparition sur le billet de 1 franc de la banque de commerce en 1920, aux côtés de la célèbre nef du blason de Paris ; dans un dessin satirique de Jospin sur la valeur du franc, elle symbolise Paris à elle seule tout comme la Tower Bridge pour Londres. L’estampe du Paris pittoresque de Jules Perrichon en 1897 montre que la simple suggestion du chevet de la cathédrale nous permet de la reconnaître.

Les artistes font appel à elle comme figure tutélaire aux côtés des allégories de la ville : Adolphe Willette peint une allégorie de Paris reconnaissable à sa couronne crénelée, à l’attitude mélancolique, accoudée nonchalamment sur Notre-Dame. Les deux autres éléments figurant sur cette œuvre sont la colonne de Juillet surmontée du génie de la Bastille et une barricade au premier plan, symboles de rupture qui contrebalancent la solidité et la stabilité de la vénérable cathédrale. Même représentée par un contour sombre et lointain dans l’Allégorie de la ville de Paris de Louise Abbéma, Notre-Dame ne perd rien de sa puissance évocatrice.

Zoom
L'Enfant prodigue chez les courtisanes
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (8)
L'Enfant prodigue chez les courtisanes
Flandres, Ecole de (École flamande)
Datation
Vers 1530
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Flandres, Ecole de (École flamande)
Peinture
L'Enfant prodigue chez les courtisanes
Zoom
Billet de 1 franc de la chambre de commerce de Paris, A.2, 080722, vers 1920
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Billet de 1 franc de la chambre de commerce de Paris, A.2, 080722, vers 1920
Chambre de commerce de Paris
Datation
Vers 1920
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Chambre de commerce de Paris
Numismatique, Manuscrits, imprimés, reliure
Billet de 1 franc de la chambre de commerce de Paris, A.2, 080722, vers 1920
Zoom
Allégorie de la Ville de Paris
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (8)
Allégorie de la Ville de Paris
Abbéma, Louise
Datation
En 1901
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Abbéma, Louise (Etampes, 30–10–1853 - Paris, en 1927)
Peinture
Allégorie de la Ville de Paris

Victor Hugo et la redécouverte de Notre-Dame

Implantée depuis des siècles au cœur de Paris, immuable, Notre-Dame  aurait pu être considérée comme une belle endormie. Au XIXème siècle, Victor Hugo et son roman Notre-Dame de Paris va raviver l’attention portée par les Français et le monde entier sur la cathédrale.

Le roman que Victor Hugo publie en 1831 s’inscrit dans son combat pour la sauvegarde des vestiges de la « vieille France » qu’il juge menacés. S’appuyant sur une connaissance intime de l’édifice, il rend hommage au chef-d’œuvre roman et gothique, mais il célèbre surtout le génie du peuple qui l’a bâti. « Le temps est l’architecte, écrit-il, le peuple est le maçon ». Plus que l’église, c’est un « monument du patrimoine national » et l’âme d’une ville que le poète met en lumière.

La cathédrale est habitée par les principaux personnages : Quasimodo, bossu, borgne, sourd, qui en est l’âme monstrueuse, secrètement amoureux de la Esmeralda. Celle-ci est la part féminine du roman, l’incarnation de la beauté, de la liberté et de l’innocence, mais aussi le jouet et la victime d’amours violentes et rivales.

Le roman connaît un succès considérable. Dès sa parution, il provoque un foisonnement d’images – peintures, gravures et plus tard photographies – qui aideront à faire connaître la cathédrale dans le monde entier. Il sera traduit dans toutes les langues et adapté à l’opéra, au théâtre, au cinéma, en dessin animé, en bande dessinée, en comédie musicale… Il se confond aujourd’hui avec l’édifice : pour un public nombreux, la cathédrale est irrémédiablement associée à Victor Hugo et à ses personnages.

Zoom
Trois cœurs d'homme faits différemment (Livres VIII, Chapitre VI)
Maison de Victor Hugo - Hauteville House / Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Notre-Dame de Paris (V.Hugo)
Trois cœurs d'homme faits différemment (Livres VIII, Chapitre VI)
Merson, Luc-Olivier
Datation
Vers 1888 — 1889
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Merson, Luc-Olivier (Paris, 21–05–1846 - 14–11–1920)
Manuscrits, imprimés, reliure, Arts graphiques
Trois cœurs d'homme faits différemment (Livres VIII, Chapitre VI)
Zoom
Panthéon charivarique, Victor Hugo
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
Autre visuel (1)
Caricature - dessin humoristique - Portrait (Sujet représenté)
Panthéon charivarique, Victor Hugo
Roubaud, Benjamin (dit Benjamin)
Datation
En 09–1841 — 10–1841
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Roubaud, Benjamin (dit Benjamin) (Roquevaire, 01–06–1811 - Alger, 14–01–1847)
Estampe, Arts graphiques
Panthéon charivarique, Victor Hugo

Prenons de la hauteur

Pendant plusieurs siècles, Notre-Dame est restée le plus haut monument de la capitale. Du haut de ses tours culminant à 69 mètres de hauteur et après avoir gravi les quelques 422 marches, la ville s’offre aux yeux des curieux d’un seul regard. Elle est un point d’observation privilégié, central et insolite, pour admirer l’un des plus beaux panoramas de Paris.

Zoom
Vue des tours de Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
© Henri Cartier-Bresson - Reproduction : Musée Carnavalet / Parisienne de Photographie
X
Zoom
Autre visuel (1)
Vue des tours de Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Cartier-Bresson, Henri
Datation
En 1952
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Cartier-Bresson, Henri (Chanteloup-en-Brie, 22–08–1908 — 1908 - Montjustin, 03–08–2004 — 2004)
Photographie, Arts graphiques
Vue des tours de Notre-Dame, 4ème arrondissement, Paris.
Zoom
Vue prise du haut de la cathédrale Notre-Dame de Paris, coté sud, en regardant vers l'ouest, la rive gauche, 4ème et 5ème arrondissements.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
Vue prise du haut de la cathédrale Notre-Dame de Paris, coté sud, en regardant vers l'ouest, la rive gauche, 4ème et 5ème arrondissements.
Anonyme
Datation
Entre 1925 et 1935
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Anonyme
Photographie
Vue prise du haut de la cathédrale Notre-Dame de Paris, coté sud, en regardant vers l'ouest, la rive gauche, 4ème et 5ème arrondissements.
Zoom
Soirée du 10 décembre 1848 : illumination sur les tours de Notre-Dame, à l'occasion du plébiscite
© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Soirée du 10 décembre 1848 : illumination sur les tours de Notre-Dame, à l'occasion du plébiscite
Champin, Jean-Jacques
Datation
10–12–1848
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Champin, Jean-Jacques (Sceaux, 08–09–1796 - Paris, 25–02–1860)
Peinture
Soirée du 10 décembre 1848 : illumination sur les tours de Notre-Dame, à l'occasion du plébiscite
Zoom
La sirène de Notre-Dame et les projecteurs sur Paris en 1918, vue prise d'une des tours de Notre-Dame
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
La sirène de Notre-Dame et les projecteurs sur Paris en 1918, vue prise d'une des tours de Notre-Dame
Busset, Maurice
Datation
En 1918
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Busset, Maurice (Clermont-Ferrand, 18–12–1879 - Clermont-Ferrand, 30–04–1936)
Dessin, Arts graphiques
La sirène de Notre-Dame et les projecteurs sur Paris en 1918, vue prise d'une des tours de Notre-Dame
Vues stéréoscopiques animées
réalisation : Quentin Bidault
La photographie stéréoscopique, largement oubliée aujourd’hui, était une technique populaire dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Elle permettait de voir en relief... C’est la première 3D !
Une vue stéréoscopique est composée de deux photographies qui ont l’air identiques mais ne le sont pas tout à fait. En effet, l’angle change légèrement, comme le font chacun de nos yeux puisqu’ils sont séparés de quelques centimètres. Cela nous permet d’apprécier les distances. Glissées dans des lunettes optiques spéciales, le stéréoscope, les vues stéréoscopiques se révèlent : les deux images n’en forment plus qu’une et nous voyons la scène comme si nous y étions.
Faute de stéréoscope, nous avons ici animé ces vues de Notre-Dame afin de vous faire ressentir le relief. Une manière originale de découvrir Notre-Dame vue du quai de la Tournelle et de l’ancienne rue Neuve-Notre-Dame ou la vue du haut de la cathédrale autour de 1930 ou encore l’avancement de ses travaux… ceux de Viollet-le-Duc. Cette rénovation, d’ailleurs, nous donne des repères chronologiques : la galerie des Rois retrouve ses statues au fur et à mesure des travaux et la flèche, elle, n’apparaît que vers la fin, en 1860. 
Un voyage unique à Notre-Dame de Paris : extrait 360 ° de l’expérience VR d’Ubisoft

"À l’occasion de la date anniversaire de l’incendie qui l’a dévastée, Ubisoft vient de mettre en ligne sur YouTube une visite à 360° de la célèbre cathédrale. Grâce à elle, il est possible de visiter en immersion la cathédrale comme elle apparaissait à la Révolution. Le studio a extrait les modélisations 3D qu’il avait effectuées pour le développement de l’un de ses jeux phares : Assassin’s Creed : Unity." en savoir plus

Retour vers le haut de page