Attaque des forts détachés

Zoom
CC0Télécharger
Attaque des forts détachés
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Autre visuel (1)
Attaque des forts détachés
Grandville
Datation
En 1833
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Dates
En 1833
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Attaque des forts détachés

Informations détaillées

Auteur(s)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Desperet ou Desperret, Auguste (en 1865), dessinateur
Imprimerie Becquet (28–02–1796), imprimeur
Autre titre :
La Caricature politique, morale, littéraire et scénique (Titre de l'ensemble)
Date de production
En 1833
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre:
  • Hauteur : 35.8 cm
  • Largeur : 27.3 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 22.1 cm
  • Largeur : 22.5 cm
Description

Planche HT parue dans La Caricature politique, morale, littéraire et scénique, volume 6, 27 juin 1833 (Planche n°286)

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - Titre en bas au centre : « ATTAQUE DES FORTS DÉTACHÉS. // Par le 1er régiment des Canonniers de la Presse. » ; indications : en ht à gche : « La Caricature (Journal) N°138. », en ht à dte : « Pl. 286. »
Inscription - Dans la lettre : « Chez Aubert, galerie véro dodat. » [éditeur], « L. de Becquet, rue Furstemberg N°6. » [imprimeur] ; dans l’image, sur le socle du canon au premier plan, signature : « JJ. Grandv // A. Desp. » [Jean-Jacques Grandville et Auguste Desperet, dessinateurs]
Inscription - Partant de canons du fort : « constitution et gros sel », « hypocrisie », « œil de la police », « duplicité ». Le canon du journal des « débats » envoie le « souteneur des Forts détachés », le « nouvelliste » envoie des « phrases assomantes [assommantes]», le « moniteur » des « paroles Emmiélées ». Enfin, sont tirés du canon principal, au niveau de la bouche du fort : « Bordel », « système de Clermont Tonnere [Tonnerre] », « vallée de mitraille ». Les journaux de l’opposition tire sur le fort des exemplaires de leurs journaux, sur lesquels figurent leurs noms : « […] rsaire [Corsaire] », « Courri […] [Courrier] // Fr […] [Français] », « TRIBUNE », « Caricat //ure [Caricature]», « NATIONAL », « national // propositi […] [proposition] // Clermont // Tonner […] [Tonnerre] »
Description iconographique

D'une part, la pl. dénonce la décision du gouvernement de faire construire toujours davantage de fortifications autour de Paris. Un premier projet fut présenté par Soult à la chambre des députés au début de 1833. Mais l’opposition de gche estima que ces fortifications sont plus un moyen de maîtriser les Parisiens que de défendre la ville. D’autre part, par la même occasion, elle se moque de sa tentative de défense par la presse (par le biais des journaux défenseurs du gouvernement) face aux attaques des journaux de l’opposition. Sur fond du palais des Tuileries, la pl. présente un fort en forme de poire à visage humain (allusion à Louis-Philippe) depuis lequel les journaux acquis à la cause de la monarchie de juillet se défendent : de gche à dte, au sommet du fort, Le Figaro, Le Constitutionnel, Le Moniteur et La France-Nouvelle. En face d’eux, les journaux de l’opposition ripostent : il s’agit du Corsaire, de la Caricature, du Charivari, du National, du Temps, du Messager, de la Tribune et du Courrier. Bien que pourvus d’une artillerie assez légère, ces derniers réussissent à attaquer le fort qui commence à se fissurer.

Personne / Personnage représenté
Mode d'acquisition
Date d’acquisition
20022013
Institution

Indexation

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page