L'échenillement et les semailles

Zoom
CC0Télécharger
L'échenillement et les semailles
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Autre visuel (1)
L'échenillement et les semailles
Grandville
Datation
En 1833
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Dates
En 1833
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
L'échenillement et les semailles

Informations détaillées

Auteur(s)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Attribué à Alophe, Marie-Alexandre (Adolphe Marie Alexandre Menut, dit) (Paris, 06–06–1812 - Paris, 10–08–1883), dessinateur-lithographe
Imprimerie Becquet (28–02–1796), imprimeur
Autre titre :
La Caricature politique, morale, littéraire et scénique (Titre de l'ensemble)
Date de production
En 1833
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 50.9 cm
  • Largeur : 35.8 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 39.5 cm
  • Largeur : 33.1 cm
Description

Planche HT parue dans La Caricature politique, morale, littéraire et scénique, volume 5 (6ème dessin de l'association, mois de janvier 1833)

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - Titre en bas au centre : « L’ÉCHENILLEMENT ET LES SEMAILLES. » ; légende plus bas au centre : « Taillez hardiment dans le vif les branches mortes ou parasites. Arrachez les troncs pourris. C’est le temps de semer institutions républicaines. // Ayez surtout soin de détruire les nids de chenilles, et généralement tous les insectes nuisibles. » ; indications : en ht à gche : « 6e Dessin de l’Association. (mois de Janvier) »
Inscription - Dans la lettre : « L. de Becquet, rue childebert N°9. » [imprimeur] ; « On s’abonne chez Aubert, galerie vero dodat. » [éditeur] ; dans l’image, en bas à gche, signature : « J. Grandville int M [ ?] » [Jean-Jacques Grandville dessinateur, et Menut-Alophe, lithographe ?]
Description iconographique

Pl. n°3 d’une série de 4 pl., au sein des pl. de la lithographie mensuelle, sur le thème des travaux agricoles au rythme des quatre saisons. Le titre est dû à Mathieu Laensberg. Au premier plan, des hommes du peuple de différents âges débarrassent un arbre des mauvaises chenilles le peuplant. Il s’agit de l’ « arbre national » (in explication) qu’ils essaient d’écheniller : ils le débarrassent des chenilles nuisibles. Chaque animal ayant le corps d’une chenille et la tête d’un des membres du gouvernement, ils essaient d’assainir le régime des hommes politiques considérés comme néfastes à l’épanouissement de la république française. Parmi ces portraits, on peut reconnaître : Thiers (le plus bas sur l’arbre), en bas à gche, Lobau (une petite bulle partant de sa bouche mentionne « Traitemen […] [traitement] // 50.000 », deux autres : Keratry et le « Stephanus » (in explication. Il s’agit de Lameth), d’Argout sur une branche à gche, trois chenilles rassemblées dans un sachet portant l’inscription « réquisitoire » (Louis-Philippe, Persil et ?), Cunin-Gridaine en haut. A dte, Dupin avec sa coiffe de magistrat, Soult prononçant « Traitement // 50 000 », Montalivet emballé dans un sachet portant l’inscription « Liste // Civile ». Un autre relié par des fils à une petite lyre. Enfin, trois autres emmaillotés dans un sac portant la mention « Sinecuriste [sinécuriste] // senateurs [sénateurs] ». D’autres sont moins facilement reconnaissables. A terre, au pied de l’arbre rampent certaines chenilles déjà tombées : de dte à gche : Barthe, Guizot (devant l’arbre), François-Gilbert-Jacques Lefebvre dit Jacot Lefaive (derrière l’arbre), Madier de Montjau. Poulot (le duc d’Orléans) se fait écraser sous le pied d’un jeune garçon portant la cocarde tricolore sur sa coiffe. La chenille Dupin se bat avec un chien, la chenille du Figaro (le journal), déjà écrasée (avec son chapeau), et la limace « Mouchard » (in explication), tous yeux sortis. En bas à dte au premier plan, la taupe de la « RESTAURATIO […] [RESTAURATION] », et le champignon « HENRI V » (le légitimisme). A gche au second plan, un jardinier coupe les branches mortes d’un vieux poirier (dont le tronc prend les traits du visage de Louis-Philippe). Derrière lui, un autre vieil arbre sans fruit, et dont le tronc semble présenter les traits de Talleyrand. A l’arrière-plan, la liberté de la presse, sous les traits d’une femme habillée à l’antique et portant le bonnet phrygien orné de la cocarde tricolore (la figure allégorique de la liberté, « la liberté-mère, la liberté de la presse », in explication) sème des institutions sous forme de papiers. Elle est aidée en cela par des petites filles, incarnations d’autres libertés. Ces petits feuilles portent les mentions de « loi // munici // pale [municipale]», « capacités », « Divorce », « prêtres non // salariés », « impot [impôt] // progressif », « souveraineté // du peuple », « assemblée // primaire », « présidence // à Termes [ ?] ». Au fond à dte, un arbre très haut portant à la cîme un bonnet phrygien.

Mode d'acquisition
Date d’acquisition
20022013
Institution

Indexation

Retour vers le haut de page