Les trois parques

Zoom
CC0Télécharger
Les trois parques
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Autre visuel (1)
Les trois parques
Ferogio, François-Fortuné-Antoine
Datation
En 1834
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Attribué à Ferogio, François-Fortuné-Antoine (Marseille, 02–04–1805 - Paris, en 1888), dessinateur
Dates
En 1834
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques

Informations détaillées

Auteur(s)
Attribué à Ferogio, François-Fortuné-Antoine (Marseille, 02–04–1805 - Paris, en 1888), dessinateur
Bénard, Robert (Paris, en 1734 - en 1777), imprimeur
Autre titre :
La Caricature politique, morale, littéraire et scénique (Titre de l'ensemble)
Date de production
En 1834
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 35.5 cm
  • Largeur : 27 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 21.5 cm
  • Largeur : 17 cm
Description

Planche HT parue dans La Caricature politique, morale, littéraire et scénique, volume 7, 20 mars 1834 (Planche n°370)

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - Titre en bas au centre : « LES TROIS PARQUES » ; indications : en ht à gche : « La Caricature (Journal) N°176. », en ht à dte : « Pl. 370. »
Inscription - Dans la lettre : « Chez Aubert, galerie véro dodat. » [éditeur], « Litho. de Benard » [imprimeur] ; dans l’image, en bas à dte, signature : « F. F. »
Inscription - Sur l’extrêmité des manches de la robe de Louis-Philippe : « VALMY » et « […] mmapes [Jemmapes] », en référence aux combats révolutionnaires dans lesquels le roi dit s’être illustré en 1792. Ses pieds reposent sur le socle de la « Pensée // immuable ». Le trône est décoré de deux parapluies entrecroisés, d’un chapeau portant une cocarde tricolore et d’une petite poire. Cette scène se déroule au « BUREAU Central de l’Arbitraire » de la « 37e POLICE secrète »
Description iconographique

C’est le destin de la presse d’opposition qui est mis en image dans cette pl., par le biais de la mythologie gréco-romaine. Il s’agit des Trois Parques, présidant traditionnellement au destin des hommes. Elles sont représentées ici en train de décider du sort des journaux contestant le régime. D’abord, à gche, Louis-Philippe, incarnant la Parque la moins âgée, (Clotho, ou Nona) fabrique le fil de la censure sur sa quenouille. Les réserves de fil sont contenues dans des paniers portant des inscriptions : il s’agit du fil de la « CENSURE », des « SAISIES », du […] ort [fort] St Michel », des « Procès », de l’ « interdiction », des « AMENDES » et de la « condamnation ». Ensuite Ferogio, au lieu de montrer une Parque déroulant le fil de la vie (Lachésis, ou Decima), et une troisième (Atropos, ou Morta) coupant ce dernier pour signifier la mort, a représenté Persil, armé d’une grande paire de ciseaux avec laquelle il s’apprête à découper un exemplaire du National, aidé par d’Argout. D’Argout appuie sa main gche sur un exemplaire du « […] RIVAR [CHARIVARI] » et du « POPULAIRE ». Les trois hommes politiques sont travestis en femmes. De nombreuses liasses de journaux d’opposition sont posées à dte, au premier plan. Ce sont des liasses des journaux La « CARICATURE », le « CHARIVARI », la « TRIBUNE », le « CORSAIRE ». Deux longues pl. sont déroulées sur le bureau, mais ne sont pas reconnaissables (l’une pourrait être la pl. 362-363 du numéro 172 de "La Caricature"). La pl. souligne la mise à mort souhaitée des journaux de l’opposition, et par conséquent, de la liberté d’expression, par le régime de juillet.

Mode d'acquisition
Date d’acquisition
20022013
Institution

Indexation

Retour vers le haut de page