Monsieur n'avait rien. Les cochers des morts et des vivants

Zoom
CC0Télécharger
Monsieur n'avait rien. Les cochers des morts et des vivants
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Autre visuel (1)
Voiture à attelage - Deuil
Monsieur n'avait rien. Les cochers des morts et des vivants
Monnier, Henry Bonaventure
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Monnier, Henry Bonaventure (Paris, 07–06–1799 - Paris, 03–01–1877 — 3–6–1877), dessinateur-lithographe
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
BAL91.71
Monsieur n'avait rien. Les cochers des morts et des vivants

Informations détaillées

Auteur(s)
Monnier, Henry Bonaventure (Paris, 07–06–1799 - Paris, 03–01–1877 — 3–6–1877), dessinateur-lithographe
Bernard (avant 1944 - après 1944), dessinateur-lithographe
Autre titre :
Récréations (Titre de la série)
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 23.2 cm
  • Largeur : 31.4 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 14.3 cm
  • Largeur : 20 cm
Description

Gravure imprimée en noir et blanc sur papier réhaussée de gouache.

Marques, inscriptions, poinçons
Timbre humide - t. h. : monogramme A M et 2 R accolés ?
Titre de l'oeuvre - Au-dessus de l'image : RECREATIONS
Numéro - Au-dessus de l'image : Pl.27
Légende - Dans l'image, au bas à droite : Les Cochers des Morts et des VivansDans l'image, au bas à gauche : Monsieur n'avait rien.
Inscription concernant l'auteur - Sous l'image à gauche : Henry MonnierSous l'image à droite : Lith de Bernard
Inscription concernant l'épreuve - Sous l'image : Publié par Giraldon Bovinet, Passage Vivienne, N°26.
Description iconographique

Composition en deux saynètes. En partie gauche : un couple vu de dos, l'épouse est corpulente tandis que le mari est svelte. Le contraste très accentué par leurs habits (sombres et ajustés pour le mari et blancs à froufrous pour l'épouse) se veut ridicule. En partie droite : un autre couple jouant sur les contrastes, il s'agit de deux cochers. Le premier conduit des corbillards, il est maigre et tout habillé de noir. Le second est le cocher d'une riche famille, vêtu en livrée colorée et arborant un embonpoint important. Acteur, dramaturge et dessinateur, Henry Monnier a contribué à illustrer La Comédie humaine. Ses gravures des Mœurs administratives, et surtout sa pièce de théâtre Scènes de la vie bureaucratique, ont manifestement inspiré Balzac pour son roman La Femme supérieure, rebaptisé Les Employés. Les mêmes références aux mœurs de leur temps ont souvent inspiré parallèlement les deux artistes sur de nombreux sujets comme on peut le constater dans l’extrait suivant : "Vraiment, pour une femme romanesque, il y aurait eu du burlesque dans le contraste si heurté qui se remarquait entre le capitaine et le comte, entre ce petit polonais à figure étroite et ce beau militaire, entre ce paladin et ce palatin." [Extrait de La Fausse maîtresse, par Honoré de Balzac]

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Numéro d’inventaire
BAL91.71
Institution

Prolongement

Prolongement

Lié à Archive / Œuvre

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Theme representé

Sujet représenté

Retour vers le haut de page