Salmigondi politique

Zoom
CC0Télécharger
Salmigondi politique
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Autre visuel (1)
Salmigondi politique
Wattier, Edouard
Datation
En 1833
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Wattier, Edouard (Lille, 01–05–1793 - Paris, 20–07–1871), dessinateur
Dates
En 1833
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques

Informations détaillées

Auteur(s)
Wattier, Edouard (Lille, 01–05–1793 - Paris, 20–07–1871), dessinateur
Imprimerie Becquet (28–02–1796), imprimeur
Autre titre :
La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique (Titre de l'ensemble)
Date de production
En 1833
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 35.8 cm
  • Largeur : 27.3 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 29 cm
  • Largeur : 20.5 cm
Description

Planche HT parue dans La Caricature morale, religieuse, littéraire et scénique, volume 5, 10 janvier 1833 (Planche n°236)

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - Titre en ht au centre : « Salmigondi Politique. » ; légendes sous chacune des douze figures, de gche à dte et de ht en bas : « Arc de triomphe. », « Pompe refoulante. », « Voilà un plat d’une singulière forme. », « Tu vaincras par ce signe. », « Pénible navigation. », « indécision », « Maître budjet [budget] », « Un revenant », « Infinitif présent // Je prends XXXXX », « Régime paternel et monarchique. », « Vieillesse de Figaro. », « Fricassée de protocoles. » ; indications : en ht à gche : « La Caricature (Journal) N°114. », en ht à dte : « Pl. 236. »
Inscription - Dans la lettre : « Lith. de Bequet, rue de Childebert, N°9. » [imprimeur] ; « On s’abonne chez Aubert, Galerie véro dodat. » [éditeur] ; dans l’image, en bas à gche, signature : « Wattier » [Edouard Wattier, illustrateur ?]
Description iconographique

Un salmigondis est un discours où sont mêlées confusément toutes sortes de choses disparates pêle-mêle. Douze vignettes. De gche à dte et de ht en bas : une énorme machoire en guise d’arc de triomphe sous lequel se tient Barthe, ministre de la justice. Une pompe à atteindre le feu de la sédition. La pompe a les traits de Lobau. Un homme voit un coq au fond d’un plat en forme de poire que lui présente une femme. Deux gardes se trouvent devant une affiche de la « Physiologie // DE » la poire (une poire est dessinée). Un coq se trouve bien en peine de tenir en équilibre sur une poire voguant sur les eaux (les idées républicaines s’accomodent mal du régime de la monarchie de Juillet). Un arlequin balance entre le pavé et les fonds secrets. Une métaphore du budget sous la forme d’un monstre, toutes dents dehors, un couvre-chef de pièces d’or, les mains crochues sur des papiers portant les mentions « Contribution » et « [ ?] ». Une femme sort d’une maison et effraie deux gardes nationaux. Il s’agit d’un fantôme. Louis-Philippe de dos, monté sur deux pavés, enserre deux gros sacs (sans doute ceux de la liste civile) de pièces mentionnant les montants : « 10000000 », « 141800000 », « 18000000 », « 100000 ». Au fond on croit distinguer le palais des Tuileries avec le drapeau tricolore à son sommet. Deux hommes emprisonnés, la tête coincée dans une planche de bois, les pieds enchaînés. Une figure masculine jouant d’une grosse trompette tordue, une croix d’honneur accrochée au manteau. Il s’agit d’un reproche adressé au journal Le Figaro qui n’est plus un journal républicain. En effet, en 1832, il fut racheté par les monarchistes pour contrer le front satirique mené par "La Caricature". Et enfin, Talleyrand, une plume à la main, faisant cuire des « PROTOCOLE » dans une casserole sur un brasero. Un volatile est couché à côté de lui.

Mode d'acquisition
Date d’acquisition
20022013
Institution

Indexation

Retour vers le haut de page