Té vois bien, Glaude, un supposé que t'serais caporal d'ordinaire, ou minist', n'importe quoi ! Que si t'serais bête, on t'métaphoriserait avec une tête d'cornichon…

Zoom
CC0Télécharger
Té vois bien, Glaude, un supposé que t'serais caporal d'ordinaire, ou minist', n'importe quoi ! Que si t'serais bête, on t'métaphoriserait avec une tête d'cornichon…
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Autre visuel (1)
Militaire (profession) - Mère - Maternité - Oiseau - Cheval - Vitrine
Té vois bien, Glaude, un supposé que t'serais caporal d'ordinaire, ou minist', n'importe quoi ! Que si t'serais bête, on t'métaphoriserait avec une tête d'cornichon…
Grandville
Datation
Entre 1828 et 1829
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Dates
Entre 1828 et 1829
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
BAL925(bt)
Té vois bien, Glaude, un supposé que t'serais caporal d'ordinaire, ou minist', n'importe quoi ! Que si t'serais bête, on t'métaphoriserait avec une tête d'cornichon…

Informations détaillées

Auteur(s)
Grandville (Nancy, 15–09–1803 - Vanves, 17–03–1847), dessinateur
Bulla, Joseph, editeur
Langlumé, Pierre, dessinateur-lithographe
Autre titre :
Les Métamorphoses du Jour (Titre de la série)
Date de production
Entre 1828 et 1829
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 27.5 cm
  • Largeur : 36.1 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 16.1 cm
  • Largeur : 16.2 cm
Dimensions - Montage:
  • Hauteur : 50 cm
  • Largeur : 40 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Signature - J. Grandville
Lettre - Les Métamorphoses du Jour n°65
Lettre - Té vois bien, Glaude, un supposé que t'serais Caporal d'ordinaire, ou minist', n'importe quoi ! que si t'serais bête, on t'métaphoriserait avec une tête d'Cornichon. Maman ! est ce qui a des hommes qui a des figures comme ça.
Inscription - Lith. de Langlumé
Inscription - chez Bulla, rue St Jacques n°38, et chez Martinet, rue du Coq.
Description iconographique

Deux militaires et une mère avec son fils regardent dans une vitrine des estampes colorées représentant de petites scènes amusantes où les humains ont des têtes d'animaux. Ces quatre spectateurs qui s'interrogent sur les images qu'on leur montre ont, eux aussi, des visages animaux (oiseau pour un militaire et chevalin pour la mère). Extrait des Métamorphoses du Jour (éditions Gustave Havard libraire, Paris, 1854) : "La parade moderne a le crayon et la plume, elle fait voir l'homme et elle l'explique, elle le fait parler et elle le fait marcher. Une simple caricature exposée sur la place de la Bourse produit plus d'effet en un jour que toutes les farces que Turlupin ou Gauthier Garguille ont débitées sur le Pont-Neuf pendant toute leur vie. Si vous n'assistez pas tous les jours à la parade du marchand d'estampes, ne parlez ni des moeurs, ni des préjugés, ni des opinions d ela France ; vous ne pouvez pas les connaître."

Mode d'acquisition
Date d’acquisition
21021986
Numéro d’inventaire
BAL925(bt)
Institution

Indexation

Retour vers le haut de page