Un suborneur. La revue des locataires. Bonne compagnie

Zoom
CC0Télécharger
Un suborneur. La revue des locataires. Bonne compagnie
CC0 Paris Musées / Maison de Balzac
X
Zoom
Autre visuel (1)
Loge - Concierge
Un suborneur. La revue des locataires. Bonne compagnie
Monnier, Henry Bonaventure
Musée
Maison de Balzac
Auteur(s)
Monnier, Henry Bonaventure (Paris, 07–06–1799 - Paris, 03–01–1877 — 3–6–1877), dessinateur
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
BAL91.53
Un suborneur. La revue des locataires. Bonne compagnie

Informations détaillées

Auteur(s)
Monnier, Henry Bonaventure (Paris, 07–06–1799 - Paris, 03–01–1877 — 3–6–1877), dessinateur
Bernard (avant 1944 - après 1944), dessinateur-lithographe
Autre titre :
Récréations (Titre de la série)
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 23 cm
  • Largeur : 31.4 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 17 cm
  • Largeur : 20.5 cm
Dimensions - Montage:
  • Hauteur : 50 cm
  • Largeur : 40 cm
Description

Estampe coloriée

Marques, inscriptions, poinçons
Timbre humide - t. h. : A M et 2 R en miroir dans un ovale
Titre de l'oeuvre - Au-dessus de l'oeuvre : RECREATIONS
Légende - Dans l'image haut gauche : Un SuborneurDans l'image haut droite : La revue des LocatairesDans l'image bas : Bonne compagnie
Inscription concernant l'auteur - Sous l'image à gauche : Henry MonnierSous l'image à droite : Lith de Bernard
Inscription concernant l'épreuve - Sous l'image à droite : Publié par Giraldon Bovinet, Passage Vivienne, 26.
Description iconographique

Composition en trois saynètes. En partie gauche en haut : une dame au fort embonpoint est courtisée par un enjoleur qui assis sur un repose-pieds devant elle semble presque à genoux. Il lui a pris la main, mais elle va pour le repousser et se recule sur son siège. En partie droite en haut : quatre commères assises sur des chaises sont en grande conversation. La moitié inférieure de la composition est occupée par une longue vignette figurant trois loges de théâtre. La loge de gauche est occupée par une famille : le père à lunettes, la mère faisant grise mine et deux enfants un garçon et une fille. Dans la loge centrale se tiennent trois personnes : un couple formé d'une femme très décoletée et parée de bijoux et d'un homme (ils dévorent du regard), ainsi qu'une spectatrice élégante qui jette un coup d'oeil à la loge voisine de la sienne, à droite. Dans celle-ci se pressent cinq personnes, issues de la bourgeoisie comme le suggère leurs tenues (un bonnet à rubans pour une dame et des manteaux sombres sans fioriture pour les hommes). Acteur, dramaturge et dessinateur, Henry Monnier a contribué à illustrer La Comédie humaine. Ses gravures des Mœurs administratives, et surtout sa pièce de théâtre Scènes de la vie bureaucratique, ont manifestement inspiré Balzac pour son roman La Femme supérieure, rebaptisé Les Employés. Les mêmes références aux mœurs de leur temps ont souvent inspiré parallèlement les deux artistes sur de nombreux sujets comme on peut le constater dans l’extrait suivant : "Monsieur et madame demeurent à un troisième étage, n'ont qu'une cuisinière, donnent des bals dans un salon de douze pieds sur huit, et éclairé par des quinquets, mais ils donnent cent cinquante mille francs à leur fille, et se reposent à cinquante ans, âge auquel ils commencent à paraître aux troisièmes loges à l'Opéra, dans un fiacre à Longchamp, ou en toilette fanée, tous les jours de soleil, sur les boulevards, l'espalier de ces fructifications." [Extrait de La Fille aux yeux d'or, par Honoré de Balzac]

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Numéro d’inventaire
BAL91.53
Institution

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Theme representé

Retour vers le haut de page