Voyage à travers les populations empressées

Auteur(s)
Daumier, Honoré (Marseille, 26–02–1808 - Valmondois, 10–02–1879), dessinateur
Dates
En 1834
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Voyage à travers les populations empressées

Informations détaillées

Auteur(s)
Daumier, Honoré (Marseille, 26–02–1808 - Valmondois, 10–02–1879), dessinateur
Delaunois, Nicolas Louis (Reims, 06–02–1805), imprimeur
Autre titre :
La Caricature politique, morale, littéraire et scénique (Titre de l'ensemble)
Date de production
En 1834
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 27 cm
  • Largeur : 35.5 cm
Dimensions - Image:
  • Hauteur : 24 cm
  • Largeur : 30 cm
Description

Planche HT parue dans La Caricature politique, morale, littéraire et scénique, volume 8, 14 août 1834 (Planche n°413)

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - Titre en bas au centre : « Voyage à travers les populations empressées. » ; indications : en ht à gche : « La Caricature (Journal) N°197. », en ht à dte : « Pl. 413. »
Inscription - Dans la lettre : « Au bureau, chez Aubert, pass. Véro-Dodat. » [éditeur], « Lith. Delaunois, r. du Bouloy, 19. » [imprimeur] ; dans l’image, en bas à gche, signature : « HD. [écrit en sens inverse]» [Honoré Daumier, dessinateur]
Description iconographique

Représentation de Louis-Philippe sur un cheval décharné. Le roi, vu de dos, est reconnaissable à son embonpoint. Il porte un bicorne et semble avoir la mine basse. Il traverse une plaine jonchée de cadavres humains nus. Dans le ciel virevolte une nuée de corbeaux prêts à fondre sur les corps et à les dévorer. Au premier plan à dte, en partie recouverte par des planches de bois, une victime est à terre. L’explication précise son identité : il s’agit « d’un vieillard paralytique, tué, sous une table, de cinquante-deux coups de feu, tirés à bout portant dans une maison de la rue Transnonain ». Elle indique également l’identité des autres cadavres, avec les circonstances de leur mort : « Cet autre entre les jambes du cheval, c’est Lechevalier assommé à coups de bâton sur la place de la Bourse. Derrière le cheval, c’est une victime lyonnaise qu’ont écrasée, sur les marches de l’autel, les débris d’un temple abattu par le canon. Plus loin c’est Montescaut, assassiné à Marseille par les agens [agents] de police, et que vingt-cinq mille ouvriers ont porté au cimetière au milieu d’une population en deuil. Là-bas, c’est un mort de juin ; plus loin encore, c’est Jacobéus, fusillé dans une prison, etc., etc. » Pour une représentation se moquant également du prétendu enthousiasme des populations au passage de Louis-Philippe, cf. la série du Voyage de la pensée immuable à travers les populations empressées : pl. 324-325 (numéro 155 ; 24 octobre 1833), pl. 326-327 (numéro 156 ; 31 octobre 1833) et pl. 328-329 (numéro 157 ; 7 novembre 1833). Cette série avait pour but de mettre en lumière le décalage entre l’enthousiasme des populations tel qu’il était relayé par les organes officiels du gouvernement, et l’accueil réellement réservé au roi par les populations. La pl. 413 va encore plus loin dans ce décalage en le mettant en regard de la situation contemporaine, c'est-à-dire, la répression, jugée extrêmement violente par La Caricature, des émeutes d’avril 1834. Cette répression causa la mort d’un certain nombre d’émeutiers.

Personne / Personnage représenté
Mode d'acquisition
Date d’acquisition
20022013
Institution

Indexation

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page