Chien chinois en faïence (d'une paire)

Zoom
4 visuels Voir
CC0Télécharger
Chien chinois en faïence (d'une paire)
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
Autres visuels (4)
Chien chinois en faïence (d'une paire)
Anonyme
Datation
Entre 1750 et 1850
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Dates
Entre 1750 et 1850
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
1077.1
Chien chinois en faïence (d'une paire)

Informations détaillées

Auteur(s)
Autre titre :
Cheminée monumentale aux dragons - Décor de la salle à manger de Hauteville II, maison de Juliette Drouet à Guernesey (Titre de l'ensemble)
Date de production
Entre 1750 et 1850
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 17.5 cm
  • Largeur : 19 cm
  • Profondeur : 7.5 cm
Description

Cette statuette se situe à droite du manteau de la cheminée. Par ailleurs, il est possible que ce duo de chiens chinois corresponde aux deux petites chimères dont Victor Hugo parle dans ses agendas car l'un d'entre eux (MVHPOA1077.2) est effectivement cassé au niveau de la patte (cassure ancienne): sixième agenda [BN. nouv. acq.fr.13461] 10 novembre 1864 (folio 24): "J'ai cassé par mégarde une des deux petites chimères souvenirs de la cheminée de JJ." et 20 novembre 1864 (folio 25): "la petite chimère cassée par moi est raccommodée et remise en place."

Commentaire historique

Sur les photographies de Hauteville II, la cheminée est placée au milieu du mur Nord-Est de la salle à manger. Elle en occupe toute sa hauteur, suivant le principe des cheminées monumentales que Victor Hugo a créées à Hauteville House. Conçue pour Hauteville II, la cheminée a dû être réalisée en 1863-1864. Avant le déménagement de La Fallue, Hugo fait dorer le « cadre du Triptolème » qui est sans doute le miroir autour duquel il va concevoir sa composition. Dans une lettre du 7 mars 1864, Juliette Drouet écrit à Victor Hugo : « Je voudrais bien savoir si tu feras poser quelques assiettes aujourd’hui ainsi que les plaques et les statuettes de la cheminée. Je suis impatiente d’en voir l’effet général et définitif. » On peut donc penser que c’est à ce moment que la cheminée est achevée (« plaques » faisant sans doutés références aux trois plats de faïence qui sont incrusté dans le manteau).

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1903
Numéro d’inventaire
1077.1

Indexation

Artiste / Auteur

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page