Juliette Drouet à Victor Hugo, 14 août samedi midi 3/4 1847

Zoom
4 visuels Voir
CC0Télécharger
Juliette Drouet à Victor Hugo, 14 août samedi midi 3/4 1847
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
Autres visuels (4)
Juliette Drouet à Victor Hugo, 14 août samedi midi 3/4 1847
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite)
Datation
En 14–08–1847
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Dates
En 14081847
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Numéro d’inventaire
a8993
Juliette Drouet à Victor Hugo, 14 août samedi midi 3/4 1847

Informations détaillées

Auteur(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Date de production
En 14081847
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 20.8 cm
  • Largeur : 13.3 cm
Description

4 Feuillets

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - 14 août [1847], samedi, midi ¾Voici bientôt l’heure d’aller chez M. Jauffret [3], mon cher petit bien-aimé, et mon cœur bat d’avance en pensant à votre bonheur à tous. Tu serais bien gentil de venir en sortant de la pension. J’ai bien besoin de te voir car il me semble qu’il y a bien plus d’un jour que je ne t’ai vu. La douleur de cette malheureuse mère a peséa sur ma vie depuis hier et m’a fait trouver les heures mortellement longues. Aussi il me semble que si je te voyais mon âme sortirait de cette sombre et triste prison qu’on appelle : l’absence et qu’elle s’épanouirait sous ton beau regard comme sous le soleil. Hélas quand tu liras cette prière je serai en train de recommencer une autre journée tout aussi seule tout aussi longue que celle-ci. Je te supplie de te souvenir que je t’attends que je te désire et que je souffre, et de venir le plus tôt que tu pourras.J’ai la tête en feu depuis hier. J’aurais besoin d’un peu de distraction mais avec toi. Les autres me sont presque toujours odieuses et me donnent encore plus mal à la tête. Mon Victor adoré si tu pouvais venir de bonne heure aujourd’hui tu me rendrais bien heureuse. En attendant, je t’adore et je te désire de toutes mes forces.JulietteMVH, α 8993Transcription de Nicole Savya) « peser ».
Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1976-04-08 08041976
Numéro d’inventaire
a8993

Indexation

Retour vers le haut de page