Juliette Drouet à Victor Hugo, 17 mai mercredi matin 11h3/4 1848

Zoom
4 visuels Voir
CC0Télécharger
Juliette Drouet à Victor Hugo, 17 mai mercredi matin 11h3/4 1848
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
Autres visuels (4)
Juliette Drouet à Victor Hugo, 17 mai mercredi matin 11h3/4 1848
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite)
Datation
En 17–05–1848
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Dates
En 17051848
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Numéro d’inventaire
a8087
Juliette Drouet à Victor Hugo, 17 mai mercredi matin 11h3/4 1848

Informations détaillées

Auteur(s)
Drouet, Juliette (Julienne Gauvain, dite) (Fougères, 10–04–1806 - Paris, 11–05–1883), auteur du texte
Date de production
En 17051848
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 19 cm
  • Largeur : 12.4 cm
Description

4 Feuillets

Marques, inscriptions, poinçons
Inscription manuscrite - 17 mai [1848], mercredi matin, 11 h. ¾Je me dispense de me mettre sous les armes aujourd’hui, d’aborda parce que je crois que vous n’allez nulle part, ensuite parce que cela ne me réussit pas assez bien, témoin hier ; cependant voilà huit jours que je n’ai mis le pied dans la rue et je commence à trouver le temps long. Que sera-ce donc si vous ne venez pas avant ce soir ? D’y penser il me semble déjà sentir une chappe de plomb sur tout mon corps. Tu ne peux pas te figurer, mon amour, ce que c’est pour moi qu’une journée passée sans te voir. Toute l’activité de ma vie se réfugie dans mon cœur pour en décupler les battements et pour t’emplir d’ennui et d’impatience tandis que tout le reste de mon être s’engourdit et se paralyse. Si tu avais jamais senti cela tu aurais pitié de ta pauvre Juju et tu ne la laisserais jamais aussi longtemps sans te voir quelles queb soient tes affaires et tes occupations. Je n’espère pas te voir avant tantôt bien tard aussi je suis triste et mouzon. À force de faire servir les souvenirs de mon bonheur passé ils finissent par s’user et par ne plus vouloir faire leur office de consolateur et de bonheur rétrospectif. Pour peu qu’on les y force même ils deviendraient très féroces et très méchants. Tu vois à quelles extrémités je suis réduite loin de toi.Juliettea) « Dabord ».b) « quelque ».
Mode d'acquisition
Date d’acquisition
01121967
Numéro d’inventaire
a8087

Indexation

Retour vers le haut de page