Paris, la Tour St Jacques

Zoom
CC0Télécharger
Paris, la Tour St Jacques
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
Autre visuel (1)
Paris, la Tour St Jacques
Baldus, Edouard
Datation
Entre 1856 et 1860
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Baldus, Edouard (Grünebach, 05–06–1813 - Arcueil, 22–12–1889), photographe
Dates
Entre 1856 et 1860
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Numéro d’inventaire
2016.0.100

Informations détaillées

Auteur(s)
Baldus, Edouard (Grünebach, 05–06–1813 - Arcueil, 22–12–1889), photographe
Date de production
Entre 1856 et 1860
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 44.5 cm
  • Largeur : 33 cm
Dimensions - Montage ancien
  • Hauteur : 62 cm
  • Largeur : 47 cm
Dimensions - Montage du musée
  • Hauteur : 80 cm
  • Largeur : 60 cm
Description

Grand tirage un peu jauni contrecollé en plein sur un montage d'origine avec des taches de foxing, timbre humide du photographe sous l'image à droite, timbre sec sur le montage en bas.

Description iconographique

Vue de la Tour St Jacques à Paris après sa restauration.

Commentaire historique

Les panneaux peints, les encadrements de nattes du plafond, la fontaine de grès ainsi qu’une grande partie des casiers à assiettes sont aujourd’hui présentés dans le « Salon chinois » du musée (3ème salle de l’Appartement de Victor Hugo). La table à abattant est présentée dans la « Salle à manger » (4ème salle de l’Appartement de Victor Hugo).Juliette Drouet et Victor Hugo acquièrent conjointement par un contrat établi le 16 avril 1864 et enregistré le 19 avril, la maison située 20, Hauteville Street, où Juliette s’installe le 15 juin 1864. Selon les termes du contrat, Juliette Drouet a la jouissance « pendant sa vie seulement » de la maison dont la propriété reviendra, après sa mort, à Victor Hugo ou à ses héritiers. Ainsi en 1885, la maison passe à Adèle, Georges et Jeanne Hugo, ces deux derniers la vendant, quelques années après la mort de leur tante, le 18 septembre 1920. De son côté, Louis Koch, neveu et héritier de Juliette Drouet, recevra à la mort de celle-ci en 1883, les meubles et les panneaux des décors. Il les fera transférer à Paris, puis en vendra la presque totalité à Paul Meurice en 1902-1903, pour la création du musée. Avec l’aide de Siegfried Bing, Meurice fait alors réarranger l’essentiel de ce décor – tel qu’il est toujours présenté – dans la « salle des panneaux peints et sculptés par Victor Hugo » aujourd’hui communément appelé « Salon chinois », tandis que les meubles sont présentés à part. Cette « maison Domaille » (du nom des précédents propriétaires), qui fut la première maison habitée par la famille Hugo à Guernesey en 1855, devient donc, après « la Fallue », la seconde maison occupée sur l’île par Juliette Drouet. Désormais appelée « Hauteville II » (parfois aussi par une tradition peu justifiée « Hauteville Fairy »), la maison est entièrement décorée par Victor Hugo qui réemploie une partie de ce qu’il a déjà réalisé pour « La Fallue » mais crée de nouveaux meubles et surtout des panneaux polychrome en bois gravé et peint d’inspiration chinoise. Conçu par Victor Hugo ce décor est réalisé sous sa direction avec les ouvriers de l’entreprise Putron, dont Tom Gor et Peter Mauger, à partir du 29 juin 1863.

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Numéro d’inventaire
2016.0.100

Prolongement

Prolongement

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Lieu d'exécution / réalisation

Retour vers le haut de page