Porte en bois décorée d'un chinois portant une branche fleurie

Zoom
4 visuels Voir
CC0Télécharger
Porte en bois décorée d'un chinois portant une branche fleurie
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
CC0 Paris Musées / Maisons de Victor Hugo Paris-Guernesey
X
Zoom
Autres visuels (4)
Porte en bois décorée d'un chinois portant une branche fleurie
Hugo, Victor
Datation
1863 — 1864
Musée
Maison de Victor Hugo - Hauteville House
Auteur(s)
Hugo, Victor (Besançon, 26–02–1802 - Paris, 22–05–1885)
Dates
1863 1864
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
1050
Porte en bois décorée d'un chinois portant une branche fleurie

Informations détaillées

Auteur(s)
Hugo, Victor (Besançon, 26–02–1802 - Paris, 22–05–1885)
Autre titre :
Décor non localisé de Hauteville II, maison de Juliette Drouet à Guernesey (Titre de l'ensemble)
Date de production
1863 1864
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 59 cm
  • Largeur : 27 cm
Description

Panneau formant porte, avec décor gravé et peint sur fond noir, encadrant une peinture chinoise sur papier.

Description iconographique

Dans l’ornementation de ce panneau, Victor Hugo joue particulièrement avec les motifs de la peinture chinoise qu’il encadre. En haut, il complète le dessin de l’éventail sur la bordure ; dans la partie basse, il reprend le motif de l’enfant qui porte une lance au premier plan mais il transforme la pointe en épée, et le manche en un branchage fleurie qui s’échappe dans le dos du garçon. Cet encadrement végétale et fleuri autour de la peinture chinoise, reprend la disposition qu’il applique aux cadres de ses propres dessins.

Commentaire historique

L’emplacement original de ce panneau servant de porte, ne peut être localisé d’après les photographies de Hauteville II. La découpe de l’angle supérieur droit n’est pas justifiée par la réinstallation dans son emplacement actuelle ; on peut penser qu’elle est d’origine et que cette porte (dont l’emplacement de la poignée est visible sur le côté gauche) était située dans un endroit mansardé. Peut-être la « chambre » ou cabinet de travail aménagé pour Victor Hugo et qui devait sans doute se trouver au grenier ainsi qu’on peut le déduire de trois lettres de Juliette : le 9 mai 1864 : « est-ce que tu ne te décideras pas à faire poser quelques planches dans ce que tu appelles ta chambre pour que je puisse y ranger tes livres et les miens au lieu de les laisser à même le plancher du grenier dans la poussière et sous les pieds ? » ; le 15 mai : « Jusqu’à présent, mon cher petit homme, tu n’as pas pris de parti sur ce qui sera ta chambre et cependant il est impossible de laisser indéfiniment les livres, les papiers, les gravures sur le plancher du grenier ; je te demande donc, à défaut de décoration, de faire poser des tablettes sur les murs pour y placer MA BIBLIOTHÈQUE » ; le 19 juin : « J’espère que je finirai mardi de débrouiller ta chambre et mon grenier. » La petite taille de panneau pourrait aussi faire penser à la parte d’un placard situé sous l’escalier.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1903
Numéro d’inventaire
1050

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page