Le Pont au Change, le palais (conciergerie) et la Seine vers l'aval, actuel 1er arrondissement

Zoom
2 visuels Voir
CC0Télécharger
Le Pont au Change, le palais (conciergerie) et la Seine vers l'aval, actuel 1er arrondissement
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
© Musée Carnavalet / Ville de Paris
X
Zoom
Autres visuels (2)
Le Pont au Change, le palais (conciergerie) et la Seine vers l'aval, actuel 1er arrondissement
Garbizza, Angelo
Datation
Entre 1801 et 1850
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Auteur(s)
Garbizza, Angelo (Italie, en 1777 - Trévise, 04–05–1813), dessinateur
Dates
Entre 1801 et 1850
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Numéro d’inventaire
D.464
Le Pont au Change, le palais (conciergerie) et la Seine vers l'aval, actuel 1er arrondissement

Informations détaillées

Auteur(s)
Garbizza, Angelo (Italie, en 1777 - Trévise, 04–05–1813), dessinateur
Date de production
Entre 1801 et 1850
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 34.4 cm
  • Largeur : 52.6 cm
Dimensions - Montage du musée
  • Hauteur : 47 cm
  • Largeur : 63 cm
Dimensions - Passe-partout du musée
  • Hauteur : 50 cm
  • Largeur : 65 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Numéro d'inventaire - Au recto du dessin en bas à droite, manuscrit à l'encre rouge : "ie.D. 464". \ Inscription à l'encre
Inscription - Au verso du dessin, en haut à gauche, manuscrit au crayon rouge : "[.]762 / fn / onze aquarelles". \ Inscription au crayon
Description iconographique

Le Pont au Change, le palais de Justice, la conciergerie et la Seine, actuel premier arrondissement. Paysage urbain. La Seine avec des barques et le pont au Change (voitures à cheval et personnages). Au second plan à gauche le palais, le quai de l'Horloge et des immeubles. A droite, immeubles. Au centre le Pont-Neuf.

Commentaire historique

Beaucoup de dessins donnés à Courvoisier par l'Inventaire ontété, depuis, attribué à Garbizza, dont cette aquarelle. La gravure exécuté d'après elle porte la mention : "Garbizza del". La confusion s'est perpétuée longtemps parce que les malformations du personnage et le traité précis du cadre architectural se trouvent aussi bien dans les gravures d'après Courvoisier que dans celle de Garbizza. Mais on peut penser que chez Courvoisier cela est accentué par la transposition des gouaches au burin ; les gouaches présentent des erreurs de perspective dans les personnages plutôt que de vraies malformations. (Cf. fiche d'inventaire de tête de Courvoisier). Portait le nº50 lors de l'exposition Loteries de Jadis et d'aujourd'hui, 1943. Voir la Gazette des Beaux Arts (septembre 1860)

Mode d'acquisition
Numéro d’inventaire
D.464

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Retour vers le haut de page