REPUBLIQUE FRANCAISE./ LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE./ LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE/ AU PEUPLE FRANCAIS./ CITOYENS,/ A tous les grands actes de la vie d'un peuple, le Gouvernement a le devoir/ de faire entendre sa voix à la Nation.

Zoom
CC0Télécharger
REPUBLIQUE FRANCAISE./ LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE./ LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE/ AU PEUPLE FRANCAIS./ CITOYENS,/ A tous les grands actes de la vie d'un peuple, le Gouvernement a le devoir/ de faire entendre sa voix à la Nation.
CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
X
Zoom
Autre visuel (1)
REPUBLIQUE FRANCAISE./ LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE./ LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE/ AU PEUPLE FRANCAIS./ CITOYENS,/ A tous les grands actes de la vie d'un peuple, le Gouvernement a le devoir/ de faire entendre sa voix à la Nation.
Imprimerie Nationale
Datation
En 1848
Musée
Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Auteur(s)
Dates
En 1848
Datation en siècle
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
AFF2639
REPUBLIQUE FRANCAISE./ LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE./ LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE/ AU PEUPLE FRANCAIS./ CITOYENS,/ A tous les grands actes de la vie d'un peuple, le Gouvernement a le devoir/ de faire entendre sa voix à la Nation.

Informations détaillées

Auteur(s)
Date de production
En 1848
Datation en siècle
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 103.8 cm
  • Largeur : 71.5 cm
Dimensions - Montage:
  • Hauteur : 110 cm
  • Largeur : 77 cm
Description

Affiche

Marques, inscriptions, poinçons
Lettre - REPUBLIQUE FRANCAISE./ LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE./ LE GOUVERNEMENT PROVISOIRE/ AU PEUPLE FRANCAIS./ CITOYENS,/ A tous les grands actes de la vie d'un peuple, le Gouvernement a le devoir/ de faire entendre sa voix à la Nation. [...] à l'autre: " Tu es plus souverain que moi!"/ Contemplez votre puissance, préparez-vous à l'exercer, et soyez dignes d'en-/ trer en possession de votre règne!/ Le règne du Peuple s'appelle République./ Si vous nous demandez quelle République nous entendons par ce mot, et/ quelques principes, quelle politique, quelles vertus nous souhaitons aux Répu-/ blicains que vous allez élire, nous vous répondrons: " Regardez le peuple de/ Paris et de la France depuis la proclamation de la République!"/ Le Peuple a combattu avec héroîsme./ Le Peuple a triomphé avec humanité./ Le Peuple a réprimé l'anarchie dès la première heure!/ Le Peuple a brisé de lui-même, aussitot après le combat, l'arme de sa juste/ colère. Il a brûlé l'échafaud. Il a proclamé l'abolition de la perine de mort/ contre ses ennemis./ Il a respecté la liberté individuelle en ne proscrivant personne./ Il a respecté la consigne dans la Religion, qu'il veut libre, mais qu'il veut/ sans inégalité et sans privilège./ Il a respecté la Propriété./ Il a poussé la probité jusqu'à ces désintéressements sublimes qui font/ l'admiration et l'attendrissement de l'Histoire./ Il a choisi, pour les mettre à sa tête, partout les noms des hommes les plus/ honnêtes et les plus fermes qui soient tombés sous sa main. Il n'a pas poussé/ un cri de haine ou d'envie contre les fortunes./ Pas un cri de vengeance contre les personnes./ Il a fait, en un mot, du nom de Peuple le nom du courage, de la clémence/ et de la vertu./ Nous n'avons qu'une seule instruction à vous donner! Inspirez- vous du/ Peuple, imitez-le! Pensez, sentez, votez, agissez comme lui!/ Le Gouvernement provisoire, lui, n'imitera pas les Gouvernements usur-/ pateurs de la souveraineté du Peuple, qui corrompaient les Electeurs et qui/ achetaient à prix immoral la conscience du pays./ A quoi bon succéder à ces Gouvernements, si c'est pour leur ressembler?/ A quoi bon avoir créé et adoré la République, si la République doit entrer/ dès le premier jour dans les ornières de la royauté abolie? Il considère comme/ un de ses devoirs de répandre sur les opérations électorales cette lumière/ qui éclare les consciences sans peser sur elles. Il se borne à neutraliser l'in-/ fluence hostile de l'administration ancienne qui a perverti et dénaturé l'é-/ lection./ Le Gouvernement provisoire veut que la conscience publique règne! Il ne/ s'inquiète pas des vieux partis: les vieux partis ont vieilli d'un siècle en trois/ jours! La République les convaincra, si elle est sûre et juste pour eux. La/ nécessité est un grand maître. La République, sachez-le bien, a le bonheur/ d'être un gouvernement de nécessité. La réflexion est pour nous. On ne peut/ pas remonter aux royautés impossibles. On ne veut pas descendre aux anar-/ chies inconnues. On sera républicain par raison. Donnez seulement sûreté,/ liberté, respect à tous. Assurez aux autres l'indépendance des suffrages que/ vous voulez pour vous. Ne regardez pas quel nom ceux que vous croyez vos/ ennemis écrivent sur leur bulletin, et soyez sûrs d'avance qu'ils écrivent le seul nom qui peut les sauver, c'est-à-dire celui d'un républicain capable et/ probe./ Sûreté, liberté, respect aux consciences de tous les citoyens électeurs: voilà/ l'intention du Gouvernement républicain, voilà son devoir, voilà le vôtre!/ voilà le salut du Peuple! Ayez confiance dans le bon sens du pays, il aura/ confiance en vous; donnez-lui la liberté, et il vous renverra la République./ Citoyens, la France tente en ce moment, au milieu de quelques difficultés/ financières léguées par la royauté, mais sous des auspices providentiels,/ la plus grande oeuvre des temps modernes: la fondation du Gouvernement/ du Peuple tout entier, l'organisation de la démocratie, la république de/ tous les droits, de tous les intérêts, de toutes les intelligences et de toutes les/ vertus!/ Les circonstances sont propices. L'idée nouvelle peut/ prendre sa place en Europe sans autre perturbation que celle des préjugés/ qu'on avait contre elle. Il n'y a point de colère dans l'âme du peuple. Si la/ royauté fugitive n'a pas emporté avec elle tous les ennemis de la Répu-/ blique, elle les a laissés impuissants; et quoiqu'ils soient investis de tous les/ droits que la République garantit aux minorités, leur intérêt et leur pru-/ dence nous assurent qu'ils ne voudront pas eux-mêmes troubler la fondation/ paisible de la constitution populaire./ En trois jours, cette oeuvre, que l'on croyait reléguée dans le lointain du/ temps, s'est accomplie sans qu'une goutte de sang ait été versée en France,/ sans qu'un autre cri que celui de l'admiration ait retenti dans nos départe-/ ments et sur nos frontières. Ne perdons pas cette occasion unique dans l'his-/ toire. N'abdiquons pas la plus grande force de l'idée nouvelle. La sécurité/ qu'elle inspire aux citoyens, l'étonnement qu'elle inspire au monde./ Encore quelques jours de magnanimité, de dévouement, de patience, et/ l'Assemblée Nationale recevra de nos mains la République naissante. De ce/ jour-là tout sera sauvé! Quand la Nation, par les mains de ses Représentants,/ aura saisi la République, la République sera forte et grande comme la Na-/ tion, sainte comme l'idée de Peuple, impérissable comme la Patrie./ Les Membres du Gouvernement provisoire,/ DUPONT (de l'Eure), LAMARTINE, MARRAST,/ GARNIER-PAGES, ALBERT, MARIE, LEDRU-/ ROLLIN, FLOCON, AD. CREMIEUX, LOUIS/ BLANC, ARAGO./ Le Secrétaire général du Gouvernement provisoire, PAGNERRE. "
Lettre - B.D.: " IMPRIMERIE NATIONALE.- Mars 1848 "
Marque du musée
Tampon - B.D.: " VILLE/ DE/ PARIS "
Description iconographique

Politique, Histoire, Seconde République (ou Deuxième République), 1848-1852, Gouvernement provisoire, Election, Scrutin, Vote, Jacques Charles Dupont de l'Eure (1767-1855), Alphonse de Lamartine (Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine, dit) (1790-1869), Armand Marrast (1801-1852), Garnier-Pagès (Louis Antoine Pagès, dit) (1803-1878), Albert l’ouvrier (Alexandre Albert Martin, dit) (1815-1895), Marie (Pierre Alexandre Thomas Amable Marie de Saint-Georges, dit) (1795-1870), Alexandre Auguste Ledru-Rollin (1807-1874), Ferdinand Flocon (1800-1866), Adolphe Crémieux (1796-1880), Louis Blanc ( 1811-1882), François Arago (1786-1853), Laurent Antoine Pagnerre (1805-1854), Devise, République, Affiche typographique, Motif décoratif haut centre

Mode d'acquisition
Numéro d’inventaire
AFF2639

Indexation

Artiste / Auteur

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page