Boîte, peut-être à cure-dents

Zoom
4 visuels Voir
Boîte, peut-être à cure-dents
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay. Photo Carole Rabourdin
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay. Photo Carole Rabourdin
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay. Photo Carole Rabourdin
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay. Photo Carole Rabourdin
X
Zoom
Autres visuels (4)
Boîte, peut-être à cure-dents
Anonyme
Datation
Vers 1780
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Anonyme, orfèvre
Dates
Vers 1780
Datation en siècle
Dénomination(s)
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Numéro d’inventaire
J512

Informations détaillées

Auteur(s)
Anonyme, orfèvre
Anonyme, emailleur
Kauffman, Angelica (Coire, 30–10–1740 - Rome, 05–11–1807), auteur du modèle
Date de production
Vers 1780
Datation en siècle
Dénomination(s)
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Dimensions - Œuvre:
  • Hauteur : 1.8 cm
  • Largeur : 7.8 cm
  • Profondeur : 3.8 cm
  • Poids (type dimension) : 73.4 g
Description

Boîte plate rectangulaire à pans coupés émaillée en plein. Couvercle à charnière entrant à l'intérieur du réceptacle, orné d'une miniature.

Marques, inscriptions, poinçons
Poinçon de maître - Monogramme difficile à lire : (A ou H ou L et S ou F)
Poinçon - Poinçon inspiré du poinçon de charge de Jean-Jacques Prévost : (deux branches couronnées)
Poinçon - Un monogramme inspiré de celui d'Henry Clavel et Jean-François Kalendrin
Numéro - Sur le côté gauche : "n°3397"
Numéro de délivrance du legs - A l'encre rouge : "H. 89"
Description iconographique

Le couvercle de cette boîte est orné d'une représentation du "Jugement de Pâris" d'après une composition d'Angelica Kauffmann, gravée par William Wynne Ryland en 1778. La scène se détache sur un fond d'émail translucide bleu de roi sur basse-taille à motif de damier. Elle est peinte sur le couvercle, ce qui était inhabituel auparavant, les décors étant soit des émaux en plein, soit des miniatures encadrées et insérées sur la pièce d'orfèvrerie. C'est ce détail qui place cet objet à la fin du XVIIIème siècle.A l'instar de celles de François Boucher, les compositions d'Angelica Kauffmann furent copiées sur toutes sortes de supports, aux XVIIIème et XIXème siècles. "Le Jugement de Pâris" est l'un des tableaux le plus souvent reproduits, notamment sur les porcelaines de Meissen.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J512

Prolongement

Prolongement

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Lieu d'exécution / réalisation

Retour vers le haut de page