Commode en table d'applique, dite encore commode en console ou commode à perruques

Zoom
2 visuels Voir
Commode en table d'applique, dite encore commode en console ou commode à perruques
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay. Photo Philippe Ladet
X
Zoom
Autres visuels (2)
Commode en table d'applique, dite encore commode en console ou commode à perruques
Anonyme
Datation
Entre 1745 et 1750
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Dates
Entre 1745 et 1750
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 2, Salle 8
Numéro d’inventaire
J 390
Commode en table d'applique, dite encore commode en console ou commode à perruques

Informations détaillées

Auteur(s)
Date de production
Entre 1745 et 1750
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 87 cm
  • Largeur : 113 cm
  • Profondeur : 47.5 cm
Description

De forme originale, avec son unique tiroir de longueur sans traverse apparente, et son tablier très peu saillant, cette commode, non estampillée, repose sur de hauts pieds cambrés assez forts.Ce meuble a parfois été désigné comme "commode à perruques", appellation qui, selon Nicole de Reyniès, est "sans justification si ce n'est que la hauteur particulière du tiroir correspond à celle nécessaire aux perruques" (cf. Reyniès, Nicole de, "Le Mobilier domestique", Paris, Imprimerie nationale, 1987, t.I, n°1774). L'expression "commode en table d'applique" correspondrait à cette forme particulière de meuble rappelant à la fois la commode, mais à un seul tiroir avec un tablier plus étroit, et la console ou table d'applique, destinée à être placée le long du mur (cf. Néto, Isabelle, "Le Mobilier", Paris, Paris-Musées, 2001, p.32).

Description iconographique

La marqueterie présente une composition de trois branches nouées, fleuries et feuillagées, dans un encadrement complexe de rinceaux et de crosses. Sur les côtés, le décor se réduit à un petit bouquet de deux branches nouées. Les bronzes chantournés de style Régence s'accordent aux sinuosités du dessin marqueté : des chutes cuirassent les angles, deux poignées de tirage et un cul-de-lampe dissymétriques ornent la devanture. Des joncs protègent le chanfrein du tablier et des pieds.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 390
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 2, Salle 8

Indexation

Artiste / Auteur

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page