L'Accident

Zoom
CC0Télécharger
L'Accident
CC0 Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
X
Zoom
Autre visuel (1)
L'Accident
Robert, Hubert
Datation
Entre 1790 — 1804
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Robert, Hubert (22–05–1733 - Paris, 15–04–1808), peintre
Dates
Entre 1790 1804
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 2, Salle 9
Numéro d’inventaire
J 99

Informations détaillées

Auteur(s)
Robert, Hubert (22–05–1733 - Paris, 15–04–1808), peintre
Autre titre :
La Ruine (Titre ancien (périmé))
Date de production
Entre 1790 1804
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 60.5 cm
  • Largeur : 73 cm
Description

Huile sur toile ovale, agrandie au rectangle

Marques, inscriptions, poinçons
Signature - Signé au centre : "H. Robert"
Commentaire historique

Au Salon de 1793 (n°158) apparaît une toile d’Hubert Robert qui pourrait être "L'Accident" du musée Cognacq-Jay. Malheureusement, le livret du Salon ne précise pas les dimensions de l’œuvre. D’autre part, Antoine Le Pelletier de Liancourt, vicomte de Villers-Hélon, avait commandé à Hubert Robert plusieurs dessus-de-porte et une version de "L'Accident", qui ont été dispersés entre 1792 et 1795. S'agit-il de la version du musée Cognacq-Jay ? Il paraît peu probable que "L'Accident" commandé pour le château de Villers-Hélon ait pu figurer au Salon de 1793, mais cela n’est pas à exclure. Le musée Cognacq-Jay conserve une autre toile d’Hubert Robert, "L’Abreuvoir", considérée comme le pendant de "L'Accident". Mais si ce dernier est bien l’œuvre exposée au Salon de 1793, ou le dessus-de-porte du château de Villers-Hélon, il ne peut donc être le pendant d’origine de "L'Abreuvoir" daté de 1804. Ces deux toiles n’auraient donc été associées qu’au tout début du XIXème siècle. Compliquant encore les hypothèses concernant l’historique de ces tableaux, deux toiles d’Hubert Robert, qui présentent les mêmes sujets traités de façon identique, mais dont les dimensions sont différentes, ont été vendues, en pendant, à Paris, le 4 mars 1961 (palais Galliera, "L’Imprudent", n°7 bis, fig. pl. VI et "L’Abreuvoir antique", n°7 ter, fig. pl. VI). Ces deux œuvres, non localisées actuellement, sont signées et, d’après le catalogue de la vente, "L’Abreuvoir" porte la date de 1800. Nous ne les connaissons que par de mauvaises photographies qui ne permettent pas de juger de leur qualité. Si ces deux œuvres sont bien de la main de l’artiste et si la date mentionnée est exacte, il s’agirait donc de pendants antérieurs de quatre ans aux tableaux Cognacq-Jay. Cette version de "L’Accident" pourrait être, certes, elle aussi, le tableau du Salon de 1793, auquel l’artiste aurait associé en 1800 un pendant d’inspiration plus mélancolique, mais il est cependant très probable que les deux œuvres ont été exécutées à la même date et que les toiles acquises par Ernest Cognacq en sont de belles répliques autographes, peintes en 1804 (cf. Burollet, Thérèse, 2004, p.268-269).

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 99
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 2, Salle 9

Média

Les collections en très haute définition Paris Musées
LES COLLECTIONS EN TRÈS HAUTE DÉFINITION

À découvrir en très haute définition !

Plongez dans cette œuvre grâce à sa numérisation en gigapixel dans le cadre du projet Paris Musées Second Canvas. Parcourez les œuvres des collections numérisées en gigapixel et des médiations associées en téléchargeant l’application sur app store et play store.

Prolongement

Prolongement

Lié à Archive / Œuvre

Œuvre en rapport

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Retour vers le haut de page