Lit à la polonaise

Zoom
5 visuels Voir
Lit à la polonaise
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
X
Zoom
Paris Musées / Musée Cognacq-Jay
X
Zoom
Autres visuels (5)
Lit à la polonaise
Jacob, Georges
Datation
Vers 1785
Musée
Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe
Auteur(s)
Attribué à Jacob, Georges (Cheny, 06–07–1739 - Paris, 05–07–1814), menuisier
Dates
Vers 1785
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 3, Salle 10
Numéro d’inventaire
J 403

Informations détaillées

Auteur(s)
Attribué à Jacob, Georges (Cheny, 06–07–1739 - Paris, 05–07–1814), menuisier
Date de production
Vers 1785
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 325 cm
  • Largeur : 210 cm
  • Profondeur : 184 cm
Description

Le lit "à la polonaise", placé sur son grand côté contre un mur et, en principe, réservé aux pièces privées, se distingue du lit "à la française" ou "à colonnes", lit d'apparat dont le baldaquin occupe toute la longueur et qui se place sur le petit côté contre le mur. Le lit du musée Cognacq-Jay, non estampillé, était à l'origine monté sur des roulettes, aujourd'hui disparues, et pouvait être facilement tiré par les poignées fixées aux deux montants avant. Avec ses deux chevets, son dais porté par quatre montants galbés en forme de colonnes cannelées, ce lit a des proportions imposantes. Il faut admirer le travail de sculpture ainsi que la dorure à la feuille avec brunissage à la pointe d'argent de qualité exceptionnelle.Le tissu, lampas bleu à très beaux motifs de ramages et d'arabesques, daterait vraisemblablement de l'extrême fin du XVIIIème siècle, comme l'indiquent les documents d'archives. Il a été refait à l'identique au moment de l'aménagement du musée rue Elzévir (cf. Néto, Isabelle, "Le Mobilier", Paris, Paris-Musées, 2001, p.110).

Description iconographique

Le décor sculpté, mélangé d'éléments antiques et naturalistes, est d'une grande richesse et il est caractéristique de Georges Jacob : entrelacs à rosaces, rais-de-coeur, perles, feuilles d'acanthe, branches de buis, pavots, pivoines et roses, pots à feu à anses ornés de feuilles, de perles et surmontés d'une pomme de pin, urnes antiques métalliques, etc. Le couronnement est orné de motifs de fleurs (pavots symbolisant le sommeil), feuillages, couronnes et rubans.

Commentaire historique

L’origine versaillaise de ce lit, indiquée par les premiers auteurs des catalogues de la collection Cognacq, a été confirmée. Le premier propriétaire de ce lit, le comte de Vaudreuil, l’aurait vendu à la couronne, avec l’ensemble de son mobilier, en 1788. Le lit est placé à Versailles. En 1789, on le retrouve aux Tuileries où il sert à madame Victoire ou à madame Adélaïde. Il appartiendra ensuite à Jean-Jacques Cambacérès ou encore à Louis-Philippe (cf. Néto, Isabelle, "Le Mobilier", Paris, Paris-Musées, 2001, p.108-109).

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1928
Numéro d’inventaire
J 403
Exposé
Musée Cognacq-Jay, Niveau 3, Salle 10

Indexation

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Retour vers le haut de page