C'est tout que d'aymer loyaulement / En un tout seul lieu c'est assez, Car un cueur qui partout se part / Et requert Dames de tous lez, En doit avoir petite part

Zoom
CC0Télécharger
C'est tout que d'aymer loyaulement / En un tout seul lieu c'est assez, Car un cueur qui partout se part / Et requert Dames de tous lez, En doit avoir petite part
CC0 Paris Musées / Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
X
Zoom
Autre visuel (1)
Amour courtois - Noble - Femme - Jeune homme - Scène littéraire
C'est tout que d'aymer loyaulement / En un tout seul lieu c'est assez, Car un cueur qui partout se part / Et requert Dames de tous lez, En doit avoir petite part
Sermezy, Clémence Sophie de (née Clémence Sophie Daudignac)
Datation
En 1824
Musée
Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris
Dates
En 1824
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Numéro d’inventaire
SDUT1773
C'est tout que d'aymer loyaulement / En un tout seul lieu c'est assez, Car un cueur qui partout se part / Et requert Dames de tous lez, En doit avoir petite part

Informations détaillées

Autres titres :
C'est tout que d'aymer...Dame conseillant un page (Nom d'usage), Jehan de Saintré et la Dame des Belles Cousines (Titre attribué)
Date de production
En 1824
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 27 cm
  • Largeur : 28 cm
  • Profondeur : 13 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Inscription - A l'arrière, sur la plinthe : "Xbre 1824 / D. [.] de Sermezy"
Inscription - A l'avant, sur la plinthe : "C'est tout que d'aymer loyaulement / En un tout seul lieu c'est assez, Car un cueur qui partout se part / Et requert Dames de tous lez, En doit avoir petite part."
Description iconographique

La sculpture représente une scène d'amour courtois au Moyen Age entre une dame de la noblesse et un page. Comme le suggère la citation inscrite à l'avant de la plinthe, le sujet de l'oeuvre est inspiré d'un roman de chevalerie d'Antoine de La Sale paru en 1517 et compilé au XVIIIe siècle par le Comte de Tressan : "Histoire et plaisante chronique du petit Jehan de Saintré et de la jeune dame des Belles Cousines".

Commentaire historique

Cette sculpture proviendrait du château de Servanes dans les Bouches-du-Rhônes qui est la propriété familiale des Revoil, descendants du peintre lyonnais. Le peintre Revoil faisait partie, avec Clémence de Sermezy, du cercle des artistes de style troubadour. Les romans médiévaux de chevalerie faisaient partie de leurs sujets d'inspiration. La présente oeuvre tire son motif d'un roman d'Antoine de La Sale de 1517 et compilé au XVIIIe siècle par le Comte de Tressan : "Histoire et plaisante chronique du petit Jehan de Saintré et de la jeune dame des Belles Cousines". La citation inscrite sur l'avant de la plinthe en est d'ailleurs extraite. Le peintre Revoil a illustré le même thème dans un dessin à la plume de 1810 conservé au Musée Calvet à Avignon.Cette oeuvre de Clémence de Sermezy fait partie des rares exemples de style troubadour exprimé en sculpture.

Thèmes / Sujets / Lieux représentés :
Mode d'acquisition
Date d’acquisition
1992
Numéro d’inventaire
SDUT1773

Prolongement

Prolongement

Exposition(s)

Titre
Paris romantique 1815-1848 (Paris)
Dates
22/05/2019 - 15/09/2019
Institution
Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
Titre
L'invention du passé (Lyon)
Dates
19/04/2014 - 21/07/2014
Institution
Musée des Beaux-Arts (Lyon)
Titre
Du mythe à la Réalité : Sculpteur et Femme (Boulogne-Billancourt)
Dates
10/05/2011 - 02/10/2011
Institution
Musée des années Trente

Indexation

Retour vers le haut de page