Cratère en calice (CVA 327)

Zoom
11 visuels Voir
Cratère en calice (CVA 327)
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Stéphane Piera / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Philippe Ladet / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
© Philippe Ladet / Petit Palais / Roger-Viollet
X
Zoom
Autres visuels (11)
Cratère en calice (CVA 327)
Anonyme
Datation
Vers -340
Musée
Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris
Auteur(s)
Anonyme, peintre
Dates
Vers -340
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Exposé
Petit Palais Rez-de-Chaussée Salle 34 vitrine 21
Numéro d’inventaire
ADUT339

Informations détaillées

Auteur(s)
Anonyme, peintre
Date de production
Vers -340
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Lieu de découverte
Commentaire sur le lieu de découverte

Provenance : Tanagra (Béotie)

Dimensions - Oeuvre:
  • Hauteur : 44 cm
  • Diamètre : 32.3 cm
Description

Groupe des cratères en calice tardifs (L. C. Calyx-Kraters)

Description iconographique

Sous la lèvre : oves et rameaux de lierre. Face A : Héraclès au jardin des Hespérides au-dessus d'une frise de palmettes triangulaires. Face B : Trois jeunes gens drapés au-dessus d'une frise de laurier.

Commentaire historique

Les exportations de céramique athénienne vers le nord de la Grèce, qui avaient débuté au Ve siècle avant J.-C., se poursuivent au cours du siècle suivant. C’est ainsi que l’on a découvert au XIXe siècle un grand nombre de vases attiques en Béotie et notamment à Tanagra.D’après ces trouvailles, le vase le plus apprécié en Béotie est le cratère en calice, dont la forme est plus élancée qu’au siècle précédent. Le succès de cette forme tient peut-être à des pratiques cultuelles locales.Dans le répertoire figuré, Héraclès occupe avec Dionysos une place privilégiée. Il est toutefois bien différent du héros de l’époque classique. On ne représente désormais que rarement ses travaux, à l’exception toutefois de son séjour au jardin des Hespérides. Encore donne-t-on de cet épisode une vision totalement neuve. Plus de lutte du héros avec le serpent gardien de l’arbre portant les pommes d’or. Héraclès ne porte plus le monde sur ses épaules, à la place d’Atlas. Rajeuni, imberbe, nu et simplement coiffé de la dépouille du lion de Némée, il assiste paisiblement, assis dans un jardin luxuriant, préfigurant les Champs élyséens, à la cueillette des pommes d’or, symbole d’immortalité, que les Hespérides lui apporteront.P. P.-H.

Mode d'acquisition
Nom du donateur, testateur, vendeur
Date d’acquisition
1902
Numéro d’inventaire
ADUT339
Exposé
Petit Palais Rez-de-Chaussée Salle 34 vitrine 21

Prolongement

Prolongement

Indexation

Artiste / Auteur

Datation en siècle

  • 1er millénaire av. J.-C.

Période

Style / Mouvement

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Lieu d'exécution / réalisation

Retour vers le haut de page