Neptune apaisant la tempête excitée par Eole contre la flotte d'Enée ou Quos ego

Zoom
CC0Télécharger
Neptune apaisant la tempête excitée par Eole contre la flotte d'Enée ou Quos ego
CC0 Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais
X
Zoom
Autre visuel (1)
Char antique - Tempête - Hippocampe (mythologie) - Trident - Paon - Chasseur - Cygne - Attribut mythologique - Mythologie gréco-romaine
Neptune apaisant la tempête excitée par Eole contre la flotte d'Enée ou Quos ego
Vidal, Léon
Datation
Après 1872
Musée
Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris
Auteur(s)
Attribué à Vidal, Léon (en 1833 - en 1906)
Dates
Après 1872
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Numéro d’inventaire
PHDUT47
Neptune apaisant la tempête excitée par Eole contre la flotte d'Enée ou Quos ego

Informations détaillées

Auteur(s)
Attribué à Vidal, Léon (en 1833 - en 1906)
Date de production
Après 1872
Datation en siècle
Type(s) d'objet(s)
Dénomination(s)
Matériaux et techniques
Lieu(x) d'exécution / réalisation
Dimensions - Œuvre
  • Hauteur : 17.6 cm
  • Largeur : 24 cm
Dimensions - Montage
  • Hauteur : 22.6 cm
  • Largeur : 31.3 cm
Marques, inscriptions, poinçons
Inscription concernant l'épreuve - Inscriptions sur le carton de montage :En haut, au centre, capitales noires : "COLLECTION AUG. DUTUIT"En bas, sous le liseré noir, capitales noires : "PHOTOCHROMIE DU MONITEUR"En bas, centré sous le liseré noir, capitales noires : "PROCEDE LEON VIDAL, Bte S.G.D.G"En bas, à droite, sous le liseré noir, petites capitales noires : "15, QUAI VOLTAIRE, Paris".
Description iconographique

Ce photochrome reproduit une oeuvre de la collection d'objets d'art du Petit Palais (PP-ODUT01251). L'oeuvre en question est une pièce composée d'une plaque centrale circulaire et bombée, et de deux écoinçons. Elle représente cinq épisodes de la vie d'Enée. Décor de la plaque centrale : Neptune apaisant la tempête qu'Eole avait déclenchée contre la flotte d'Enée. Il est représenté devant une grande conque tirée par quatre chevaux marins. La flotte d'Enée dispersée, sous l'orage, se voit dans le lointain à gauche. Sur les plaques latérales, en haut à gauche : Junon sur son char attelé de deux paons exhorte Eole dieu des vents à ruiner la flotte des Troyens. En haut à droite : Vénus sur son char attelé de quatre pigeons s'adresse à l'Amour (ou : Vénus envoyant l'Amour sous les traits d'Ascagne). En bas à gauche : Enée et Achate recontre Vénus déguisée en chasseresse qui leur montre, en guise de présage, quatre cygnes blancs dans le ciel (12 cygnes dans la gravure) et les encourage à rejoindre la ville voisine où règne Didon. En bas à droite : Didon fait à Enée les honneurs de son palais de Carthage. Ils sont suivis d'Achate (sur la gravure) et d'une dame de compagnie.

Commentaire historique

cf. PP-PHDUT00048Ces deux planches reproduisent des oeuvres du Petit Palais provenant de la collection Dutuit. Les images sont obtenues grâce au procédé de la photochromie.Dans le récent catalogue Photochromie. Voyage en couleur, 1876-1914, Sabine Arqué décrit cette technique complexe : « […] les photochromes sont des épreuves lithographiques en couleurs et en séries obtenues à partir d’un négatif photographique en noir et blanc […] ». Léon Vidal dépose un brevet d’invention pour la technique de la photochromie en 1872. Les photochromes connaissent le succès, notamment dans le domaine de la reproduction des oeuvres d’art. Le rendu est caractéristique : l’impression particulière de l’image donne du relief à la photographie, ainsi que des couleurs éclatantes qui ont séduit les amateurs. Léon Vidal se lance ainsi dès 1872 dans un vaste projet: l’application de la photochromie à la reproduction exhaustive des oeuvres d’art majeures des collections françaises. La luxueuse édition se nomme Trésor artistique de la France, et ne dépassera pas le tome II. Auguste Dutuit, photographe à ses heures, extrêmement attentif à la diffusion de ses œuvres, se passionne pour les techniques les plus modernes, comme la chromolithogravure. Les oeuvres reproduites dans ces deux planches faisaient probablement partie d’un plus vaste ensemble. S’agit-il de planches destinées au Trésor artistique de la France ? De planches commandées directement par Auguste Dutuit pour la mise en valeur de sa collection?S. G. C.

Mode d'acquisition
Date d’acquisition
042009
Numéro d’inventaire
PHDUT47

Prolongement

Prolongement

Indexation

Artiste / Auteur

Datation en siècle

Type(s) d'objet(s)

Dénomination(s)

Matériaux et techniques

Lieu d'exécution / réalisation

Theme representé

Lieu représenté

Retour vers le haut de page